Vivacité

François Cluzet fait des révélations sur son enfance marquée par la pauvreté

© Bertrand Guay / AFP

14 mars 2022 à 15:13Temps de lecture2 min
Par François Saint-Amand

Interrogé par Sept à Huit ce 13 mars, l’acteur français de 66 ans, à l’affiche du film La Brigade, s’est confié sur son enfance vécue dans le manque d’amour et par la pauvreté. Il a aussi taclé Éric Zemmour sur sa politique migratoire.

Dans La Brigade de Louis-Julien Petit, François Cluzet incarne Lorenzo, un directeur de foyer pour jeunes migrants. Un sujet ô combien actuel, marqué par les campagnes électorales, et qui lui a rappelé son enfance dans la pauvreté.

En manque de tendresse, d’amour, et de couvertures

"On s’est retrouvé à cinq dans un deux-pièces du rez-de-chaussée, qui était l’ancienne boutique de ma grand-mère, on bouffait sur une petite table de jeu à cinq qui ne tenait pas […] C’est l’Assistance Publique qui nous filait les draps, les couvertures" a déclaré François Cluzet à Sept à Huit, tout en ajoutant : "Parfois, c’était un peu triste parce qu’on manquait de tendresse, on manquait d’amour".

Les galères se sont même enchaînées pour lui et son grand frère. L’acteur a été abandonné par sa mère à l’âge de 8 ans. Mais il ne lui en tient nullement rigueur car "elle est partie par amour". Le comédien s’est alors mis à travailler pour le magasin de journaux de son père mais sans grand succès : "On a chopé la dépression de mon père et on a eu beaucoup de mal à s’en sortir […] Il a voulu nous tuer, il a voulu se tuer". Ses blessures psychologiques du passé, il les garde profondément ancrées en lui mais il retient l’humilité que lui a apportée cette enfance : "Je crois que pour l’être, il faut avoir été humilié et comprendre la douleur que c’est".

Son avis sur Éric Zemmour et la politique migratoire

Le sujet de La Brigade a alimenté de nombreuses campagnes aux élections présidentielles françaises et celles de 2022 ne font pas exception.

François Cluzet n’a donc pas échappé à une question de la journaliste Audrey Crespo-Mara sur des propos xénophobes tenus par Éric Zemmour en 2020 à CNews. Il voulait renvoyer les mineurs étrangers chez eux, les qualifiant de "voleurs", "assassins" ou "violeurs".

L’acteur, connu notamment pour ses rôles dans Ne le dis à personne ou Intouchables, prend le contrepied de l’avis du polémiste et candidat d’extrême droite à l’élection présidentielle.

"C’est pitoyable" lâche-t-il. "Je comprends que ce journaliste, écrivain raté, veuille son heure de gloire. L’élection, c’est ça. Il y a beaucoup de gens mécontents, (alors) on va leur dire qu’ils ont raison. Mais attends, pépère, on ne va pas prendre le risque de voter pour toi, pour que tu nous dises après ce que tu vas faire. Parce que quand on entend tes propos, on se fait beaucoup de soucis". Si Éric Zemmour se fend de tels discours, ce n’est pas parce qu’il est idiot analyse l’acteur, mais bien "parce que ça rapporte".

François Cluzet tempère aussi les avis des citoyens français apeurés par la venue de migrants sur leur territoire : "Dire qu’ils ne viennent que pour l’attrait de la délinquance, pour essayer de voler, pour essayer de violer, pour essayer de manger le pain, comme on disait il fut un temps, c’est quand même dégueulasse !"

Loading...

L’actu people, ça se passe sur VivaCité

Pour plus d’actu people, rendez-vous tous les jours dans Le 8/9 sur VivaCité et sur la Une ainsi que dans La Récré de Midi de 12h à 13h sur VivaCité et en replay sur Auvio.

Inscrivez-vous à la newsletter Vivacité!

Chaque vendredi matin, retrouvez toutes les infos de la chaîne radio proche de vous, avec les invités, les concours, les événements et l’actualité de vos animateurs.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous