Viva +

Françoise Hardy, l'idole des jeunes n'aime pas la vague yéyé

© getty images

09 déc. 2021 à 14:38Temps de lecture2 min
Par Viva+

Le 16 janvier 1979, Edmond Blattchen reçoit sur le plateau de l’émission " Chansong " la comédienne, auteure, compositrice et interprète française, Françoise Hardy. L’égérie des années 60, la petite fiancée du public grâce à des tubes comme " Tous les garçons et les filles " ou " Des ronds dans l’eau ", fin des années 70 évoque l’éventualité de la retraite, la signature d’un dernier album. Elle pose par ailleurs un regard très critique sur les sixties, synonymes pour elle de lacune dans la création.

Envie de plus d’archives : www.auvio.be/sonuma

Françoise Hardy est née à Paris le 17 janvier 1944. Ses parents divorcés, elle grandit aux côtés de sa maman et de sa sœur. Adolescente introvertie, elle trouve refuge dans la musique. Avec la guitare qu’elle a reçue en cadeau, elle commence à composer. Elle suit des cours à la Sorbonne et s’inscrit au Petit Conservatoire de la chanson de Mireille qui va la révéler au public. Auteure et compositrice, elle signe son premier grand tube en 1962 : " Tous les garçons et les filles ". Cette chanson touche les jeunes Français mais également ceux du monde entier. Françoise Hardy devient une star internationale. Ce succès l’amène à représenter Monaco l’année suivante au Concours Eurovision de la chanson. Elle se classe à la cinquième place avec une chanson qu’elle a écrite : " L’amour s’en va ". Devenue l’idole des yéyés, elle est repérée par Roger Vadim qui lui offre un rôle dans " Château en Suède ". Elle devient par ailleurs l’égérie des grands couturiers comme Paco Rabanne, Courrèges et Yves Saint-Laurent. Elle enchaîne les enregistrements et les tournées en France et à l’étranger. En 1966, le metteur en scène américain, John Frankenheimer l’engage sur le tournage de " Grand prix ", une superproduction sur la Formule 1. Bref, l’idole des jeunes vit sa vie à la vitesse d’une voiture de course et éprouve le besoin de marquer une pause.

Un nouveau départ

Après des années d’une vie trépidante, l’artiste dépose son tablier. Elle aspire à une situation plus calme et à une vraie vie sentimentale. Le 16 juin 1973, elle donne naissance à un petit garçon, Thomas qu’elle a conçu avec son compagnon Jacques Dutronc. Après ce break, elle revient avec " Message personnel ", une chanson écrite et composée par Michel Berger qu’elle admirait et qu’elle avait contacté, certaine qu’il était le seul à pouvoir relancer sa carrière. Le succès est à nouveau au rendez-vous. Mais Françoise Hardy est attirée par d’autres domaines, l’astrologie entre autres, un domaine qui va lui ouvrir de nouvelles portes. Dans les années 80, RMC lui confie une émission sur le thème des astres, de la graphologie et de la psychologie. En 1988, elle sort un nouvel album qu’elle présente comme son dernier. L’opus " Décalages " devient disque d’or. Par la suite, elle se consacre davantage à l’écriture pour d’autres artistes parmi lesquels on retrouve Julien Clerc à qui elle offre le petit bijou " Fais-moi une place ". Etienne Daho l’incite à revenir à la chanson. Et c’est reparti. Entre 1996 et 2012, elle commet six nouveaux albums mais affaiblie par un cancer déclaré en 2004, elle se fait plus rare sur scène. Elle écrit des ouvrages dont ses mémoires " Le désespoir des singes et autres bagatelles " en 2008. Et last but not least, elle épouse son amour de toujours, Jacques Dutronc le 30 mars 1981.

Sur le même sujet

Thomas Dutronc s'exprime sur le choix de Françoise Hardy concernant l'euthanasie

Vivacité

Le top 10 des chansons qui ont marqué la génération yéyé

Viva +

Articles recommandés pour vous