Tous les sports

Fujimori, le spécialiste japonais du quatre nages, débouté par le TAS

Hiromasa Fujimori

© GREG WOOD - AFP

06 mars 2020 à 15:08Temps de lecture1 min
Par Amélie Hypersiel avec Belga News

Le nageur japonais Hiromasa Fujimori n’a pas obtenu gain de cause devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) dans sa procédure d’appel contre une suspension pour dopage.

Le nageur de 28 ans avait été testé positif à l’éphédrine (un stimulant interdit en compétition) lors des Mondiaux petit bassin à Hangzhou en Chine en 2018. Ce test lui a valu une suspension de deux ans par la fédération internationale de natation (FINA). Mais il avait été en appel de cette sanction car, selon lui, il avait mangé des boulettes de riz, où on retrouve de l’éphédrine, la veille. Il avait alors demandé une suspension de trois, six ou douze mois à partir du 14 décembre 2018. Demande rejetée par le TAS en raison de l’absence de preuve, le Japonais n’a pas pu prouver qu’il avait bel et bien mangé cet aliment. La suspension reste donc maintenue.

Aux Jeux Olympiques de 2016 à Rio, Fujimori était passé tout près de la médaille de bronze sur 200 mètres quatre nages. Lors des Mondiaux en Chine où il avait été testé positif, il avait remporté le bronze sur 100 et 200 mètres quatre nages.

Hiromasa Fujimori n’est pas le seul nippon sanctionné à quelques mois de l’ouverture des JO de Tokyo. Junya Koga, champion du monde sur 100m dos en 2009, a été suspendu quatre ans après la découverte de substances interdites favorisant le développement musculaire.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous