Monde

Fusillade à Oslo : nouveau rassemblement spontané malgré les appels de la police

Plusieurs milliers de personnes se sont spontanément rassemblées à Oslo, le 27 juin 2022
27 juin 2022 à 20:53Temps de lecture2 min
Par AFP, édité par Maud Wilquin

Malgré les appels de la police à ne pas défiler, plusieurs milliers de personnes se sont spontanément rassemblées lundi soir à Oslo pour célébrer les fiertés LGBT, deux jours après la fusillade mortelle près d'un bar gay de la capitale norvégienne.

Plus tôt dans la journée, l'auteur présumé de la fusillade mortelle, décrit par la police comme un islamiste à la santé mentale fragile, a été placé en détention provisoire pour quatre semaines.

La marche des Fiertés, qui devait se tenir samedi après-midi à Oslo, avait été repoussée sine die après l'attaque qui a fait deux morts et 21 blessés dans la nuit de vendredi à samedi.

Les organisateurs ont également annulé tous les évènements liés à la Oslo Pride, sur la recommandation de la police.

Malgré cet appel renouvelé lundi avec l'appui des organisateurs, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées lundi soir sur la place de l'Hôtel de ville, dans un flot de drapeaux arc en ciel.

"You can't cancel us" ("Vous ne pourrez pas nous annuler") ou "Liberté sexuelle", disaient des pancartes tenues par les manifestants, décidés à ne pas renoncer.

Lundi, la police et le renseignement intérieur se sont publiquement inquiétés du risque de nouvelles attaques, après avoir déjà relevé au niveau maximum ce week-end leur alerte attentat.

"Nous craignons qu'il y ait un nouvel acte. Nous en avons vu des cas par le passé dans d'autres pays, et il n'est pas rare que certains s'en inspirent", a déclaré le chef du renseignement intérieur PST, Roger Berg, à la télévision publique NRK.

Placé en détention provisoire pour quatre semaines, l'auteur présumé de la fusillade, désormais officiellement identifié comme Zaniar Matapour, 43 ans, ne pourra pas non plus avoir de contact (visite, courrier...) avec le monde extérieur jusqu'au 25 juillet, a décidé le tribunal d'Oslo.

Ce Norvégien d'origine iranienne est soupçonné d'avoir tué deux hommes de 54 et 60 ans et d'avoir blessé 21 autres personnes en ouvrant le feu près d'un bar gay, le London Pub, en plein centre-ville d'Oslo, en pleines festivités liées à la marche des Fiertés LGBT.

Silence du suspect

La police norvégienne cherche encore à déterminer les mobiles de cette attaque.

Soupçonné d'"acte terroriste", homicide et tentative d'homicide, Zaniar Matapour refuse à ce stade d'être entendu de peur, selon son avocat, que les enregistrements vidéo de ses interrogatoires soient manipulés par les enquêteurs.

Il doit faire l'objet d'un examen préliminaire d'experts pour évaluer sa santé mentale et donc sa responsabilité pénale.

Sur les radars du PST depuis 2015 car soupçonné de radicalisation, il appartient, selon les policiers, à "un réseau islamiste extrémiste".

La police dit travailler sur plusieurs théories: l'attentat motivé par l'idéologie, le crime haineux contre la communauté homosexuelle, le geste d'un déséquilibré, voire une combinaison de plusieurs facteurs.

Le PST assure n'avoir pas détecté d'"intentions violentes" lorsque les services ont eu un entretien avec lui le mois dernier.

La façon dont la police et le PST ont géré l'épisode va faire l'objet d'une évaluation, a annoncé la ministre de la Justice, Emilie Enger Mehl.

Arrivé en Norvège dans son enfance, Zaniar Matapour, aujourd'hui père de famille vivant de prestations sociales selon les médias, a été mis en cause et condamné à plusieurs reprises pour des faits relativement mineurs dans le passé.

Sur le même sujet

Fusillade à Highland Park, au nord de Chicago : au moins 6 morts et 24 blessés ; Joe Biden se dit "choqué"

Monde Amérique du Nord

Articles recommandés pour vous