Musique

Gagner un Grammy Award rendrait les artistes bien plus créatifs

Olivia Rodrigo a confirmé son statut d’artiste montante en décrochant trois récompenses lors de la dernière édition des Grammy Awards.
19 juil. 2022 à 13:19Temps de lecture2 min
Par AFP

Les Grammy Awards sont un véritable accélérateur de carrière (et de ventes) pour les musiciens récompensés. Mais ce n’est pas le seul avantage de la remise de prix : elle boosterait aussi la créativité des lauréats, selon une récente étude américaine.

Quel est le point commun entre Beyoncé, Stevie Wonder, U2 et Adele ? Ils ont tous déjà gagné un Grammy Award. Cela fait 64 ans que la Recording Academy récompense les musiciens contemporains à travers cette remise de prix. Ces distinctions offrent encore plus de visibilité aux heureux élus. "L’attention et l’excitation autour d’une victoire aux Grammys se traduisent toujours par une curiosité accrue du public, surtout s’il s’agit d’un artiste émergent", a expliqué Harvey Mason Jr., président de la Recording Academy, à Billboard.

Cette popularité s’accompagne également d’un regain de créativité, comme l’ont constaté Giacomo Negro, Balazs Kovacs et Glenn R. Carroll. Les chercheurs américains se sont penchés sur les artistes ayant remporté une statuette dans les quatre grandes catégories des Grammy Awards (album, chanson et disque de l’année, ainsi que meilleur nouvel artiste), depuis leur création en 1959 jusqu’en 2018.

Ils ont constaté que les lauréats sont plus susceptibles de s’écarter de leur style habituel dans leurs productions musicales post-Grammys. "Prenez l’exemple de Fleetwood Mac qui passe de 'Rumours' à 'Tusk'", a expliqué Giacomo Negro, professeur de sociologie à l’université Emory et coauteur de l’étude, à BBC News. "La composition des chansons y est plus dépouillée, et vous y trouvez même des influences post-punk. C’est un album très différent [du précédent]".

Le coût de l’expérimental

Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont examiné plus de 125.000 albums en prenant en compte des éléments comme le style, la tonalité ou encore le niveau de "dansabilité". Cela leur a permis de déterminer le son "typique" associé à chaque genre, mais aussi dans quelle mesure un album s’en éloigne. Ils ont découvert que les artistes couronnés aux Grammy Awards ont tendance à rester dans les limites du genre musical qu’ils ont choisi… jusqu’à ce qu’ils remportent l’une des fameuses statuettes.

Mais à quoi est dû ce changement d’attitude ? A un mélange de confiance en soi et de popularité, selon les auteurs de l’étude. Ils affirment que le fait de remporter un Grammy permet aux musiciens de s’affranchir des exigences commerciales de leur label, et donc de sortir des albums plus expérimentaux. Toutefois, ces disques ont tendance à faire moins de succès que ceux plus convenus.

Ce phénomène explique pourquoi les artistes nommés aux Grammy Awards, mais n’ayant pas remporté le précieux sésame, sont beaucoup moins aventureux d’un point de vue musical que les lauréats. Suite à leur défaite, ils ont tendance à sortir des albums "commerciaux" dont les sonorités se rapprochent de celles des lauréats.

La Recording Academy pourrait remédier à cette uniformité musicale en ne publiant plus la liste des nommés en amont de la cérémonie des Grammys, selon Giacomo Negro, Balazs Kovacs et Glenn R. Carroll. "Une telle modification du système n’inciterait plus les artistes présélectionnés à adopter un comportement conventionnel. D’un autre côté, la publication de la liste des nominés favorise les ventes d’albums, même si l’artiste ne gagne pas", écrivent-ils dans leur étude. Réponse à la prochaine cérémonie des Grammys, qui aura lieu en février 2023.

Articles recommandés pour vous