RTBFPasser au contenu
Rechercher

Génération 21 : Edor

Génération 21
16 déc. 2020 à 21:05Temps de lecture1 min
Par Pierre Paulus

Ce n’est pas la première fois que je croise la route musicale de Maxime Honhon, artiste bruxellois polyvalent ayant apporté sa note bleue sanguine à l’édifice de projets variés : Konoba, Sonnfjord, Lucy Lucy, Black Mirrors…

Avec sa nouvelle aventure, Edor, Maxime tenait à porter ce projet " tout seul ". C’est lui qui précise le besoin de guillemets : " J’ai travaillé avec des producteurs tels que Hadrien Lavogez (ex membre de The Subs), BLCKSPNKRS, Nomusa Ndbele, Hugo Becker (Hego), Jean Vanesse ou encore Yannick Lemoine. Mais je me suis formé à différents instruments, dont le piano, et autres afin de composer, écrire et – le plus possible donc – produire un premier album. "

Un premier album riche de neuf titres et baptisé " Myself ". Précisément, qui est ce " Je " derrière Edor ? " Un jeune homme de 30 ans qui fait de la musique depuis tout petit ". Ce premier album est le résultat de trois années de travail, entre l’Asie et la Belgique. " Il y a deux ans environ, et alors que le projet mijotait déjà, je me suis rendu à Tokyo grâce à un ami photographe. Sur place, j’ai pris contact avec une série de gens… Cela a d’abord débouché sur la réalisation de deux clips en l’espace de 48 heures avec une équipe japonaise. C’était dingue ! " Suivent des tournées en Asie, avant même les premiers concerts en Belgique. " Je suis revenu à Bruxelles en novembre 2019. J’ai eu l’occasion de donner quelques concerts avant la crise sanitaire, qui a retardé la sortie de l’album. Puis j’en pouvais plus d’attendre, alors j’ai décidé de le dévoiler. "

Edor - Turn Off the Light

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Et de lever le masque sur un album introspectif, goupillé depuis une chambre de la capitale, en veillant à ne pas faire trop de bruit… Et à transmettre des émotions captées lors de ses voyages et tournées en Asie. Des émotions aux reflets rouges et bleus. " Le chaud et le froid, ce sont des couleurs qui reviennent beaucoup dans mes clips et qui me rappellent les néons en Corée, en Chine et surtout au Japon. " Titre retenu pour la playlist de Génération 21 : " Myself ", un morceau qui incite à se laisser aller, à lâcher prise et à ne pas laisser la société nous empêcher de nous exprimer.

Myself

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Pour lâcher prise avec Edor, cliquez ICI

 

 

Sur le même sujet

Génération 21 : Slamino

Génération 21 : Keep It Deep

Articles recommandés pour vous