RTBFPasser au contenu
Rechercher

Génération 21 : Kaptain Oats

Génération 21
15 janv. 2020 à 21:05Temps de lecture2 min
Par Pierre Paulus

L’hôte de cette chronique prend des allures de capitaine. Kaptain Oats. Pour vous guider vers une cohésion parfaite. Vers l’harmonie d’un océan.

De l’extérieur, je devine que la maison où Guillaume Vermeire, cofondateur du groupe Kaptain Oats, m’a donné rendez-vous se distingue des autres de la rue moins par son architecture que par son bouillonnement interne de culture. Sa devanture est flanquée de l’écriteau " Music Factory ". A travers une fenêtre, j’observe, sans l’entendre, une personne chanter. Guillaume m’ouvre la porte et me souhaite la bienvenue dans cet endroit créé avec son frère, Thomas. " C’était un joli pari, dit-il, de lancer une école de musique ici, à Sart-Bernard, mais ça prend bien ! " Et de me guider vers un local batteries au sous-sol.

J’en profite pour lui causer des fondations, non de l’école, mais du groupe qu’ils ont fondé avec le frangin : Kaptain Oats. Guillaume se souvient qu’il végétait quelque peu à l’époque… Après ses humanités, plutôt que d’entamer des études, il avait préféré gagner sa croûte. Il s’était alors lancé comme plombier avec un ami. Jusqu’à ce que son frère ait un bon tuyau musical, synonyme de coup de pied aux fesses, pour lui : " Il m’a convaincu de l’accompagner pour un an et demi à la Music Academy International. Lui y allait pour améliorer son jeu de guitare. Il trouvait que je chantais bien. Que j’avais une jolie voix. Il m’a aidé à trouver ma voie… " Et à rencontrer les autres membres qui allaient bientôt former Kaptain Oats. " C’était il y a dix ans déjà ", se souvient encore Guillaume.

Depuis lors, le groupe a sorti deux EP, foulé de nombreuses scènes, carburé à la passion… " Ingrédient central pour tenir sur la longueur, glisse Guillaume. Du moins, pour un groupe comme le nôtre, qui marche essentiellement à la débrouille et qui se frotte souvent à la difficulté d’être programmé en radio, comme en concert ou en festival. Je n’ose pas imaginer combien de nos CD peuvent s’empoussiérer sur certaines tables... " La musique de Kaptain Oats n’a pourtant rien de poussiéreuse. Leur nouveau single en est un nouveau témoignage. " Et c’est réellement un single, comme ceux qu’on pouvait acheter à l’époque, avec deux titres. Le dernier que j’ai acheté ? Je pense que c’était Britney Spears ! " Moi, Lou Bega… Esprit de fête, te voilà. A l’image et au son du titre " Come on in " de Kaptain Oats :

Kaptain oats - Come on in (feat DYnamic)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Guillaume indique que le groupe a travaillé différemment pour ce titre : " Nous avons beaucoup réfléchi, cherché, cérébralisé… Sur l’instrumental comme sur le texte. Nous avions envoie d’un morceau qui fout la pêche pour entamer la nouvelle année. Pour cela, l’apport du rappeur DYnamic fut précieux. Il a vraiment adoré, s’est senti comme un poisson dans l’eau. C’était très naturel comme collaboration. D’ailleurs, dès qu’il le peut, il nous accompagne à nos concerts. " L’autre titre du single, " The River ", correspond aussi à une nouvelle façon de travailler : " Pour la première fois en dix ans de vie de groupe, nous nous laissons guider par la coécriture. C’est un autre cheminement, propice à tendre vers une cohésion parfaite. " Un peu à la façon d’un fleuve, serpentueux, jusqu’à déboucher sur l’harmonie d’un lac, d’une mer ou d’un océan.

Site web de Kaptain Oats

Kaptain Oats sur Facebook

 

 

Articles recommandés pour vous