Génération 21 : Paradoxant

© © Tous droits réservés

12 mai 2021 à 20:05Temps de lecture2 min
Par Pierre Paulus
C’est avec beaucoup de plaisir que je vous partage un coup de cœur musical tout récent : le groupe Paradoxant.
 
Un groupe dont l’âme à la fois sombre et sensuelle est directement insufflée par le multi-instrumentiste Antoine Meersseman, déjà croisé avec le groupe BRNS. Le voilà désormais tête pensante et dansante de cette nouvelle aventure musicale, qu’Antoine ne voulait pas trop directive… " C’est une musique qui ne se veut pas autoritaire, et qui ne veut pas imposer une grille de lecture à l’auditeur. Elle a un effet poil à gratter, avec des mélodies qu’on pourrait reconnaître ou avoir l’impression de reconnaître… mais qui sont toujours un peu détournées. J’aime beaucoup détourner des choses que je connais déjà. Cela peut paraître spécial à la première écoute, mais je pense que cela reste de la pop. Dans la pop, on peut aller très loin dans l’expérimentation, et c’est ce que j’ai essayé de faire. "
 
Essai plus que réussi selon moi avec un premier EP baptisé " Earworm " dont les 4 titres vous emmènent dans un univers où la liberté s’exprime dans l’asile ; où l’urgence invite à ralentir ; où l’authenticité se lit dans le mensonge de la modernité… En un mot comme en cent, un univers paradoxalement surprenant et délicieusement inclassable. De quoi donner envie à Antoine de faire de Paradoxant une forme d’hygiène de vie… " Je pense que c’est un projet très ludique dans lequel on s’amuse beaucoup. J’aimerais donc sortir un disque le plus vite possible et en faire une hygiène de vie, en sortant peut-être un disque par an. Vous aurez bientôt des nouvelles, pour le meilleur et pour le pire. "
Loading...
 
Pour le meilleur, Paradoxant reprend bientôt le chemin qui manquait tant de la scène, avec un concert en formule trio le 21 mai au Carré Rotonde au Luxembourg. Avant les Nuits Botaniques en septembre. Entre-temps, dans le courant du mois de juin, Paradoxant, toujours assoiffé de nouvelles idées, devrait sortir deux titres sous forme de… bouteilles de vin tout droit débouchées de Vendôme. D’ici là, c’est le morceau Faster qui m’en a bouché un coin…
 
" C’est le seul titre qui a été réalisé de façon collégiale sur le disque. C’était une idée de ma part, qui a été très fort retravaillée par Monolithe Noir. D’où le côté électronique, qui vient de lui. Et j’ai fait appel à une copine, Alice, avec qui on a fait les voix, qui a aussi son petit univers. Je vous invite à aller voir son soundcloud. C’est un titre un peu dansant et étrange. "
Loading...

Retrouvez les autres interviews ICI

Sur le même sujet

Génération 21 : Breaking Out

Génération 21 : Jakomo

Articles recommandés pour vous