God don't bless America ! Les subversifs hollywoodiens...

Alfred Hitchcock

© Tous droits réservés

16 déc. 2016 à 00:30 - mise à jour 16 déc. 2016 à 06:52Temps de lecture1 min
Par cbd

Il n’empêche que, par ailleurs, un grand nombre de réalisateurs américains (des années 40 à nos jours) ont réalisé (et réalisent toujours), tout en s’inscrivant dans le cadre hollywoodien commercial classique, des petits et grands chef-d’œuvre séditieux, voire "révolutionnaires". 

Des films à lire entre les lignes, ou plutôt à voir entre les plans, et souvent (ce qui ne gâche rien) jubilatoire au premier ET au second degré.                        

Bref, un art du contournement et, en particulier, le contournement de la censure et de l’autocensure pratiquées dans les grands studios !

Un art que maîtrisaient, entre autres  :  Howard Hawks, George Cukor, Frank Capra, Alfred Hitchcock, Blake Edwards, Orson Welles, Stuart Rosenberg … mais aussi James Gray, Quentin Tarentino, ou encore les frères Coen.

" (…)  Politiquement correcte, purement commerciale, incurablement futile et, par voie de conséquence, vainement divertissante, la plus vaste usine à rêves de la planète apparaît comme un cauchemar de platitude. En son sein, les ambitieux abdiquent toute ambition intellectuelle et le septième art se change en industrie au service de l’ordre. (…) Et pourtant, les films hollywoodiens offrent souvent deux niveaux de lecture. En surface, ils amusent aimablement les masses. Au fond, ils appellent au dépassement des dogmes et des valeurs communément admises. " (Jean-Philippe Costes.)

 

Titulaire d’une Maîtrise en Droit Public, d’un D.E.A et d’un Doctorat en Science Politique (Université Paris II Panthéon – Assas), Jean-Philippe Costes   a collaboré à diverses revues (Hors Champ, Versus, Positif) et est l’auteur de l’ouvrage :

" Les subversifs hollywoodiens. L'esprit critique du cinéma grand public " paru aux Editions Liber.

Inscrivez-vous à la newsletter LaPremière!

Info, culture et impertinence au menu de la newsletter de La Première envoyée chaque vendredi matin.