Tennis

Goffin et Kyrgios, grands perdants de l’absence de points à Wimbledon

Plusieurs joueurs sont bien moins classés que si des points avaient été attribués à Wimbledon.
11 juil. 2022 à 12:40Temps de lecture2 min
Par Raphaël Deby

Il n’y avait pas de points distribués à Wimbledon cette année mais ceux de l’édition précédente ont bien été enlevés. Résultat : plusieurs joueurs ont perdu beaucoup de points malgré des prestations intéressantes à Londres. David Goffin en est l’une des principales victimes puisqu’il serait classé 29 places plus haut si des points avaient été attribués.

L’affaire a fait couler beaucoup d’encre, et ce n’est pas fini. Face à la guerre en Ukraine, Wimbledon avait décidé d’interdire la présence des joueurs russes et biélorusses sur ses courts. Opposée à cette décision, l’ATP avait alors répliqué en indiquant qu’aucun point ne serait attribué cette année mais que ceux glanés lors de l’édition précédente disparaîtraient bien du classement. Concrètement, perdre au premier tour ou remporter le tournoi n’a donc aucun impact sur le classement. Nos confrères d’Eurosport ont relevé les principales victimes de ces décisions. Le point.

Messieurs : Goffin parmi les principales victimes

Si Rafael Nadal ne va sans doute pas pleurer d’être troisième au classement au lieu d’être deuxième, Novak Djokovic doit moins rire en voyant qu’il est retombé à la septième place au lieu d’être quatrième. Un peu plus loin, Cameron Norrie ne profite pas de sa demi-finale à Wimbledon pour obtenir le meilleur classement de sa carrière (8e) et se retrouve aux portes du top 10 (11e).

Finaliste surprenant sur le Centre Court, Nick Kyrgios est l’un des grands perdants de cette décision puisqu’il aurait effectué une superbe remontée en devenant 16e si les points étaient attribués. Il se retrouve désormais bien plus loin : à la 45e place.

Du côté belge, David Goffin aurait dû réaliser un saut important dans son retour au plus haut niveau en revenant à la 42e place… À l’inverse, la chute est brutale puisqu’il se retrouve 71e.

Encore plus loin dans le classement, Jason Kubler et Tim Van Rijhtoven ont bien réalisé le meilleur résultat de leur carrière en Grand Chelem en atteignant la deuxième semaine mais doivent rester aux portes du top 100 alors qu’ils devraient être 72e et 73e mondiaux. Frustrant.

Dames : Maria, 64 places plus loin

Chez les femmes, aussi, il y a de la casse. Finaliste malheureuse, Ons Jabeur quitte injustement sa place de dauphine pour se retrouver cinquième alors que la grande gagnante, Elena Rybakina, reste 23e alors qu’elle aurait dû se retrouver en sixième position.

Tatjana Maria, demi-finaliste surprise, se retrouve tout juste dans le top 100 (98e) alors qu’elle est censée être à deux doigts du top 30 (34e). Dans la même idée, Jule Niemeier, quart de finaliste, aurait dû se rapprocher dangereusement du top 50 mais reste bloquée en dehors du top 100 (109e). Situation globalement similaire pour Harmony Tan qui aurait dû être 84e et reste une trentaine de places derrière (115e).

Si l’important prize money va peut-être permettre de consoler certains de ces joueurs qui sont passés à côté d’un grand bon au classement, il faut bien dire que cela pourrait tout de même les handicaper. En dehors des tirages au sort lors d’un tournoi, le classement est, avant tout, une passerelle vers les tournois les plus importants. Certains pourraient donc ne pas pouvoir disputer un tournoi à cause d’un "mauvais" classement qui ne reflète pas la réalité des douze derniers mois.

Articles recommandés pour vous