Regions

Goodmove veut transformer la fin de l'A12 en boulevard urbain : l’enquête publique débute ce mercredi

La fin de l’A12 deviendra un boulevard urbain.

© Bruxelles Mobilité

Transformer la fin de l’autoroute A12 en boulevard urbain : c’est un des nombreux axes du plan régional de mobilité Goodmove qui concerne cette fois la fin de cet axe routier reliant Bruxelles à Anvers. Le projet a été annoncé en novembre dernier par la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen). Place désormais à l’enquête publique qui démarre ce mercredi 7 septembre.

L’avenue Van Praet à double sens

Quel périmètre est concerné par ce projet? Celui-ci est situé à Laeken et Neder-over-Heembeek. Le projet concerne une portion de trois kilomètres depuis la frontière entre Bruxelles et la Flandre jusqu’au pont Van Praet et au canal… Il s’agit de la fin de l’A12 et du R21 qui longent des lieux bien connus des navetteurs comme le rond-point du Gros Tilleul, le Pavillon chinois, la Tour japonaise et le domaine royal !

Le projet prévoit de créer de nouveaux espaces verts (ou de connecter les espaces verts existants) sur sept hectares, des allées piétonnes, une route et une passerelle cyclable au rond-point du Gros Tilleul… Et de faire passer l’avenue Van Praet de trois à deux bandes pour que les voitures y circulent non plus à sens unique (de l’A12 vers Van Praet) mais dans les deux sens…

Enfin, finie la double bande centrale pour voitures avenue des Croix du Feu (qui permet d’aller de Van praet à l’A12). L’avenue deviendra piétonne. Ainsi, l’A12 pourra devenir l'"A-douce", comme l’a baptisée la ministre.

Fin du chantier en 2024

"Premièrement, le projet propose de rassembler les deux sens de circulation sur une même branche de voirie bidirectionnelle. Pour cela, les deux bandes sortant du R21 sont relocalisées sur l’avenue Van Praet, tandis que les trois bandes rentrantes de l’A12 sont repositionnées autour d’un seul même axe composé de 2x2 bandes avec berme centrale", contextualise le projet. "Cette action a pour bénéfice de limiter l’emprise au sol de la voirie, de créer des voiries rationalisées, mais pleinement fonctionnelles et d’apaiser la frange des quartiers Neder-over-Heembeek et Mutsaard de la pression automobile en recréant des configurations résolument plus urbaines."

La passerelle cyclable qui passe au Gros Tilleul.
L’avenue des Croix du Feu vers l’A12.
La fin de l’avenue des Croix du Feu : les voitures sont chassées.

"En complément de la restructuration des voiries et de la création du Parkway, le projet prévoit de couper l’avenue de Madrid au trafic automobile entre l’avenue de l’Atomium et l’avenue du Gros Tilleul. L’infrastructure routière est maintenue localement pour des usages occasionnels", ajoute encore le projet.

Vaste et ambitieux projet dont l’issue est espérée pour cette législature. Après l’enquête publique qui tient jusqu’au 6 octobre, place à la commission de concertation et à la délivrance du permis si tout va bien. Fin de chantier en 2024 : c’est ce qu’espère la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt.

Mais on n’est pas à l’abri d’un retard. Son collègue au gouvernement, Pascal Smet (One. brussels-Vooruit), secrétaire d'Etat à l’Urbanisme s’était opposé au projet qui n’intègre plus selon lui de parking de dissuasion. Un parking de transit "Park and Ride" à hauteur d’Esplanade est pourtant "en réflexion" si l’on en croit la note technique de Parkway 21.

Sur le même sujet

Une enquête sur le Plan Good Move avance des résultats trompeurs sur le souhait des PME et indépendants de quitter Bruxelles

Faky

Ne dites plus A12 mais "A-douce": la fin de l'autoroute à Bruxelles transformée en boulevard urbain

Articles recommandés pour vous