Regions Hainaut

Gosselies : deux condamnations dans l'affaire de la résidence Massimo

Illustration

© rtbf.be - Grégory Fobe

02 sept. 2020 à 14:52Temps de lecture2 min
Par Belga

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné, ce mercredi, Lamiaa T. à deux ans de prison avec sursis et Oscar R.C. à cinq ans de prison avec un sursis probatoire pour la moitié de la peine. Ce dernier, ex-gérant de la résidence Massimo à Gosselies, écope d’une amende et d’une confiscation de 200.000 euros. Maria R.C. et Kamal K. ont été acquittés. Les quatre prévenus étaient poursuivis pour plusieurs préventions, dont abus de confiance et association de malfaiteurs. Des peines de trois mois à six ans de prison avaient été requises.

En octobre 2016, les services sociaux, accompagnés par la police, avaient effectué une descente à la résidence. Les enquêteurs avaient découvert de la nourriture avariée, la présence de rats et d’excréments. Les lieux où résidaient les 46 personnes se trouvaient dans un état de délabrement avancé. Après la descente policière, cinq résidents avaient été hospitalisés et onze autres dirigés vers des institutions psychiatriques. Le home avait été placé sous scellés.

Les quatre prévenus étaient poursuivis pour plusieurs préventions, dont abus de confiance et association de malfaiteurs. Oscar R.C., gérant de l’établissement, est également soupçonné d’être un marchand de sommeil. D’après le ministère public, ce dernier s’appropriait les cartes d’identité et bancaires des résidents, obtenait des procurations sur leurs biens ou leur faisait signer des reconnaissances de dettes sur des loyers à percevoir. Adepte des voitures de luxe, il était suspecté d’avoir détourné plusieurs milliers d’euros.

Le principal suspect a nié s’être enrichi sur le dos des victimes. Les trois autres prévenus contestaient également les préventions. Une peine de six ans d’emprisonnement ferme avec une amende de 10.000 euros et une confiscation de biens pour 900.000 euros avait été requise contre Oscar R.C. et son épouse Lamiaa T. risquait trois ans de prison et 5.000 euros d’amende. Maria R.C., sa sœur, également gérante de résidences services en région bruxelloise, encourait, elle, deux ans et 5.000 euros d’amende. Une peine de trois mois de prison ferme a été requise contre Kamal K., membre du conseil d’administration de l’asbl chargée de gérer le home.

Me Dimitri De Béco, conseil d’Oscar R.C., avait plaidé un sursis probatoire pour les préventions établies, soulignant que son client n’était pas fait pour ouvrir et gérer une résidence. "Son domaine c’est l’immobilier. Il s’est laissé convaincre et alors que tout allait bien au début, les choses ont dérapé." Les trois autres prévenus avaient également plaidé des mesures de faveur.

Articles recommandés pour vous