Sciences et Techno

Grande-Bretagne : le nombre d’accidents liés à la réalité virtuelle est en hausse, selon un assureur

Une personne essaie l’Oculus Quest durant de la conférence F8 de Facebook en avril 2019.

© Belga Image

17 févr. 2022 à 05:05Temps de lecture4 min
Par David Manfredini

Depuis quelques années, la réalité virtuelle s’invite de plus en plus dans nos foyers et les nombreuses annonces récentes concernant le métavers semblent confirmer cette tendance à l’avenir.

Si les premiers modèles créés à partir des années 70 étaient coûteux, rares et fort limités, les casques grand public actuels permettent, à un prix relativement modéré, de plonger dans un monde presque sans limites… si ce n’est les murs et les meubles de votre habitation, avec les accidents que cela peut engendrer.

Des incidents qui peuvent se révéler coûteux

Depuis 2016, l’assureur Aviva a ainsi constaté une augmentation de 68% des réclamations d’assurance liées à la réalité virtuelle en Angleterre. Une augmentation que l'on peut mettre en corrélation avec la popularité grandissante des casques de réalité virtuelle. Le confinement a sans doute participé à l’augmentation du nombre d’accidents puisqu'Aviva note que 2021 a vu une augmentation du nombre de réclamations de 31% par rapport à 2020.

Tout comme la Wii en son temps, les casques de réalité virtuelle sont ainsi devenus, involontairement, des briseurs de télévision. "Dans le passé, nous avons vu des tendances similaires impliquant des consoles avec des manettes, des jeux de fitness, et même des hand spinners", détaille au Guardian Kelly Whittington, directrice des réclamations immobilières d’Aviva au Royaume-Uni. Aviva indique ainsi que la moyenne des plaintes concerne des dégâts d’environ 775 euros.

Les rencontres avec le mobilier peuvent coûter cher.
Les rencontres avec le mobilier peuvent coûter cher. VRtoER

Des utilisateurs trop enthousiastes

Si les premiers casques ne proposaient que des expériences statiques, à l’image du Virtual Boy de Nintendo sorti en 1995, les casques actuels permettent de se balader "librement" dans un espace défini : une fonctionnalité appelée "roomscale" dans la langue de Shakespeare.

Il est ainsi aujourd’hui possible de bouger de quelques mètres ou encore de tourner sur soi-même pour se déplacer dans un environnement virtuel, tout en interagissant avec ce monde grâce à des manettes.

Le Virtual Boy de Nintendo, sorti en 1995, ne proposait qu’une expérience statique.
Le Virtual Boy de Nintendo, sorti en 1995, ne proposait qu’une expérience statique. Tous droits réservés

Lors de leur sortie en 2016, les premiers casques grand public, comme l’Oculus Rift ou le HTC Vive, proposaient des expériences câblées où les utilisateurs étaient reliés à l’ordinateur pendant leur utilisation. L’Oculus Quest, quant à lui, permet depuis 2019 de vivre des expériences en "roomscale".

En cas de mouvements trop brusques, les dégâts peuvent être importants.
En cas de mouvements trop brusques, les dégâts peuvent être importants. VRtoER

Un casque vissé sur sa tête, il devient difficile de se repérer dans son environnement. Si des barrières virtuelles existent pour éviter aux utilisateurs de quitter la zone de jeu qu’ils ont définie, il arrive que, porté par l’enthousiasme du moment ou face à la peur d’un zombie un peu trop proche par exemple, un utilisateur sorte trop rapidement de sa zone de jeu pour voir les avertissements apparaître, causant au passage des dégâts à son environnement ou à lui-même.

Du virtuel à la salle d’urgence

Depuis sa création, le subreddit "VrtoER" a connu un gain de popularité constant.
Depuis sa création, le subreddit "VrtoER" a connu un gain de popularité constant. Subredditstats

Le nombre d'incidents ne cessant d'augmenter, des internautes ont fondé un forum Reddit intitulé "VRtoER" (de la réalité virtuelle à la salle d’urgence) en 2019 afin de recenser les incidents domestiques. Il comprend aujourd’hui plus de 82.000 membres.

Loading...

On peut y voir de nombreuses blessures occasionnées par une utilisation imprudente de la VR ou les conséquences d'un mouvement trop brusque sur l'environnement.

Parmi les objets les plus susceptibles de servir de cible, on retrouve les lampes, les vases, les ventilateurs, les meubles, les murs ou encore les télévisions. Il convient donc de rester prudent lorsqu’on se lance dans la réalité virtuelle.

Loading...

Marcelline Laurent, chargée de projet à Hollloh, un centre de réalité virtuelle situé à Liège, n’est pas très étonnée par la multiplication des accidents liés à l’utilisation de casques VR : "On a pas mal de petites anecdotes dans les petits espaces. On leur dit toujours d’essayer tant bien que mal de rester fixes, puisqu’ils sont câblés, mais en général, ils n’arrivent pas à rester en place."

Marcelline Laurent se souvient notamment d’un enfant un peu trop plongé dans l’expérience : "On a un jeu de baseball dans notre centre. Je me souviens d’un enfant qui a tapé dans la balle puis qui est parti en courant… à cinq mètres de la boxe, alors qu’il était câblé. Il avait complètement oublié qu’il ne fallait pas bouger. Une fois qu’ils ont mis le casque, ils sont tellement immergés qu’ils en oublient tout le reste, la perception n’est plus la même. Dans certains jeux, la manette représente un objet et il faut lancer l’objet. Certains vont lancer la manette en pensant qu’il s’agit de l’objet. Si la dragonne n’est pas attachée au poignet, cela peut rapidement être dangereux."

Quelques mesures de précaution

Pour éviter un maximum les incidents, le centre est ainsi obligé de surveiller les utilisateurs : "On ne peut pas se permettre de les laisser jouer seul. Les stations fixes… finalement ne sont pas si fixes que ça ! Ils arrivent à chaque fois à les bouger. On a déjà eu des manettes cassées parce qu’ils étaient trop près des murs et qu’ils ont tapé dans le mur avec la manette. Heureusement, la manette protège leur main, pour certains ça aide. Jusqu’à présent, fort heureusement, nous n’avons pas eu de blessés, seulement quelques collisions."

Loading...

Si, pour les particuliers, les assureurs recommandent vivement de souscrire à une assurance habitation afin d’éviter des factures trop salées en cas d’accident, il convient également de redoubler de précaution lorsque l’on porte un casque de réalité virtuelle.

Il est ainsi important de dégager un large espace pour jouer, d’éviter les mouvements trop brusques et de vérifier que personne ne s’approche à proximité. En cas d’utilisation d’un casque par un enfant ou une personne peu expérimentée, il est également recommandé d’exercer une surveillance accrue.

Enfin, si vous n’étiez pas convaincu, il est évidemment déconseillé de se lancer dans une partie à proximité d’un écran de télévision ou de tout objet fragile.

Sur le même sujet

Les lunettes de réalité augmentée du futur ressembleront à des lunettes normales

High tech

Réalité virtuelle, cryptomonnaie, blockchain, NFT : les "métavers" font rêver les entreprises... dont les Belges de Revomon

Belgique

Articles recommandés pour vous