Actualités locales

Grez-Doiceau : la Province s'apprête à déposer une troisième demande de permis pour construire une zone d'expansion de crues dans la vallée du Piétrebais

© RTBF jch

19 avr. 2022 à 02:20Temps de lecture2 min
Par Jean-Claude Hennuy

Et de trois, à Grez-Doiceau ! La province du Brabant wallon s’apprête à introduire une nouvelle demande de permis pour construire une digue le long du "Piétrebais", la rivière qui borde le champ de l’agriculteur "bio" Hubert del Marmol. Les deux camps s’affrontent depuis des années.

D’un côté : le député provincial en charge de la lutte contre les inondations. Marc Bastin veut créer une ZEC, une zone d’expansion de crues, pour protéger le centre de Grez-Doiceau des inondations.

De l’autre côté : le cultivateur Hubert del Marmol qui craint pour sa parcelle. L’homme est favorable à un ouvrage permettant de protéger les habitants des crues trop importantes. Mais il souhaite voir une digue un peu plus loin, à hauteur de la rivière "Le Train".

Conflit sans fin

"Le député provincial Marc Bastin revient à la charge une troisième fois ? ! Et bien, j’irai à nouveau devant le Conseil d’Etat", affirme Hubert del Marmol. Le cultivateur ne veut ni revendre sa parcelle, ni la voir partiellement servir de barrage tampon en cas de fortes pluies. Surtout s’il retrouve sa parcelle "bio" polluée après les fortes intempéries.

La province introduira sa demande de permis pour le Piétrebais, dans les prochaines semaines. Mais l’agriculteur rétorque déjà qu’il introduira un nouveau recours.

Argument Terre

"Ce barrage s’il était construit ici, il serait inefficace, inapproprié et coûteux", souligne le cultivateur. "Je ne comprends pas comment Monsieur Bastin revient avec ce projet. Puis il s’étonne d’avoir une opposition. Moi, je suis déterminé. Jusqu’à mon dernier souffle, je me battrai ! Pas pour moi, mais parce que l’argent des citoyens doit être investi au meilleur endroit et de la meilleure façon."

Rapport coût bénéfice

De son côté, le député provincial Marc Bastin explique que la Province a fait des études de faisabilité complémentaires. "Cela a été fait, notamment sur le cours d’eau Le Train. Les bureaux d’études sont unanimes pour dire, qu’au niveau risque et faisabilité, il faut faire la digue à cet endroit-là (à savoir au niveau du Piétrebais). Le Piétrebais se jette dans le Train et donc, forcément, si on fait une zone de rétention importante sur le Piétrebais, d’office, on soulage le Train. Moi, je gère des deniers publics et je dois protéger l’intérêt général".

Pour la province, le choix du Piétrebais offre le meilleur rapport coût bénéfice. "Faux !" réplique l’agriculteur qui soupçonne qu’un "projet immobilier se cache derrière cet interminable dossier". "Je rappelle que les bureaux d’études sont indépendants", souligne le député provincial. Le dossier semble loin d’être terminé.

 

 

 

Articles recommandés pour vous