Regions

Grogne autour d’un projet de construction de cinq éoliennes entre Lesve et Saint-Gérard, en province de Namur

© Foster. r

30 juin 2022 à 15:25Temps de lecture2 min
Par Alice Dulczewski

Le projet de construction de cinq éoliennes inquiète certains habitants en province de Namur. D’une taille maximale de 180 mètres de haut, ces éoliennes pourraient s’implanter dans un espace agricole entre Lesve et Saint-Gérard, dans les communes de Profondeville et Mettet. Une enquête publique est en cours dans les différentes communes concernées afin de recueillir l’avis de la population sur ce projet porté par la société New Wind.

Elizabeth Vonlanthen, une habitante de la région, voit ce projet d’un très mauvais œil. Elle explique : "180 mètres de hauteur, c’est aussi grand que la Tour du midi. Ca va vraiment venir bousiller ce site magnifique et créer une dépréciation immobilière. Au-delà de ça, je crains aussi les nuisances sonores et l’effet stroboscopique des éoliennes. Les pales qui tournent devant le soleil, ça crée une impression de flash qui rend fou. "

Réunis dans un groupe sur Facebook, des riverains comme Elizabeth s’échangent des informations sur le projet, partagent leurs inquiétudes et cherchent à inciter les autres habitants à donner leur avis via les enquêtes publiques des différentes communes.

Enquête publique prolongée jusqu’au 15 juillet

A Mettet et Profondeville, l’enquête publique a en tout cas été prolongée d’une semaine, jusqu’au 15 juillet. "On est conscient que c’est un projet qui fait débat", confie Bernard Dubuisson, premier échevin à Profondeville. Il précise que l’autorité compétente dans ce dossier n’est pas la commune mais la Région. "Les communes sont mises à contribution pour organiser une enquête publique afin de recueillir l’opinion et le ressenti de la population", explique-t-il. "Sur base de cette enquête et du rapport d’incidence, on va ensuite remettre un avis au fonctionnaire technique et au fonctionnaire délégué de la Région. Ils prendront connaissance de l'avis des communes et ce seront à eux de trancher."

On subit les projets éoliens. On n'a rien choisi

Tant que l'enquête publique n'est pas terminée, le premier échevin de Profondeville ne souhaite en tout cas pas se prononcer sur le fond du dossier. "C'est un gros dossier et on est toujours en train de l'analyser", dit-il. Mais il tient à souligner qu'"il ne s'agit pas d'un projet concerté. La commune n'a eu aucun contact avec le promoteur. On subit les projets éoliens. On n'a rien choisi."

Feu vert ou feu rouge, la décision de la Région wallonne sur ce projet pourra faire l’objet de recours devant le Parlement wallon et le Conseil d’Etat et "cela pourrait prendre des années", précise encore Bernard Dubuisson.

Sur le même thème : Archive JT (10/03/2021)

#Investigation : les éoliennes ont doublé en Wallonie

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Bientôt davantage d'éoliennes près des aéroports et installations aéroportuaires, propose Skeyes

Belgique

La Belgique, le Danemark, l'Allemagne et les Pays-Bas souhaitent décupler la capacité des éoliennes en mer du Nord

Economie

Articles recommandés pour vous