Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine ce 29 juin: la Suède et la Finlande se rapprochent de l'Otan, la Syrie reconnait l'indépendance de territoires prorusses

29 juin 2022 à 05:20 - mise à jour 29 juin 2022 à 22:07Temps de lecture2 min
Par Xavier Lambert et Sandro Faes Parisi

La guerre en Ukraine est  au cœur du sommet de l’Otan à Madrid, où plus de 40 chefs d’Etat et de gouvernement sont réunis pour discuter de l’avenir de l’Alliance, que Suède et Finlande vont pouvoir rejoindre après la levée du veto de la Turquie.

"Le sommet de Madrid va être un sommet pivot" pour le futur de l’Otan, a déclaré mardi le secrétaire général de l’Alliance atlantique Jens Stoltenberg, à l’ouverture de cette réunion prévue de longue date mais dont les enjeux ont été démultipliés par l’invasion russe de l’Ukraine.

De son côté, Boris Johnson s’est fait remarquer par une sortie inattendue lors d’une interview à nos confrères de la télévision allemande ZDF. Pour le fantasque Premier britannique : " Si Poutine avait été une femme, ce qui n’est évidemment pas, mais s’il l’était, je pense qu’il ne se serait pas lancé dans une folle guerre machiste de l’invasion et la violence."

Dans la foulée, son ministre de la Défense, l’ancien militaire Ben Wallace, interviewé par nos confrères de la radio LBC à propos de la sortie de son leader, n’a pas hésité à traiter le maître du Kremlin de fou, victime du syndrome du petit homme qui a voulu envahir l’Ukraine afin de montrer sa force et sa virilité.

Des Britanniques, dont les services de renseignement ont émis l’hypothèse qu’effectivement les Russes auraient pu ne pas vouloir frapper le centre commercial de Krementchouk mais bien un autre bâtiment situé non loin de là. Une théorie qui s’appuie sur d’autres cas similaires, notamment à Marioupol et Kramatorsk où l’imprécision des frappes a créé de nombreuses victimes civiles collatérales. Un risque, toujours selon les renseignements britanniques, dont les Russes seraient conscients et qu’ils assumeraient.

Et des Britanniques qui, selon le Financial Times, pourraient interrompre les fournitures de gaz à la Belgique et l’UE en cas de forte crise dans les mois à venir. Une annonce qui fait grand bruit du côté de la Commission et des pays membres où les demandes d’éclaircissements ont déjà fait leur apparition.

Sur le terrain, les combats continuent de faire rage. Les Ukrainiens résistent à Lysychansk et se battent à Kherson. De leur côté, les forces russes bombardent Dnipro, Kharkiv et Mykolaïv.

 

Revivez ci-dessous notre direct consacré aux évènements de ce 126e jour de guerre en Ukraine :

Loading...

Sur le même sujet

Accord à l'ONU sur une extension de 6 mois du mécanisme d'aide transfrontalier à la Syrie

Monde

Guerre en Ukraine : la Finlande amende ses lois pour renforcer sa frontière avec la Russie

Monde

Articles recommandés pour vous