Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine ce 30 juillet : "Il faut pendre les soldats d’Azov" ou lorsque la diplomatie russe dérape

Arthur, "jeune" recrue du Régiment Azov, fume tranquillement la pipe pendant l’entraînement aux armes dans la région de Kharkiv. En attendant d’être envoyé au combat.
Le Régiment Azov a été fondé en tant que groupe paramilitaire en 2014 pour combattre les

© Paula Bronstein / Getty

30 juil. 2022 à 07:29 - mise à jour 31 juil. 2022 à 06:46Temps de lecture2 min
Par Sandro Faes Parisi

Alors que le spectre d’un nouveau crime de guerre concernant l’attaque de la prison d’Olenivka par les forces russes continue de faire son chemin, ce 157e jour de guerre en Ukraine a débuté par une série d’attaques et de bombardements faisant plusieurs morts parmi les civils à Donetsk. À Kharkiv c’est un établissement scolaire qui a été frappé pendant la nuit a annoncé le maire de la ville sur son compte Telegram.

À Kherson, plus d’une centaine de soldats russes auraient été tués lors d’affrontements rapporte le commandement ukrainien. Un nouveau revers dans cette place forte conquise par le Kremlin en territoire ukrainien devenue cible et symbole de la contre-offensive ukrainienne dans le sud du pays. Une situation complique pour les hommes de Poutine confirmée par Yuri Sobolevsky, vice-gouverneur de l’administration régionale installée par la Russie. Dans un message sur les réseaux sociaux celui-ci a exhorté les habitants à rester à l’écart des dépôts de munitions : "L’armée ukrainienne se retourne contre les Russes et ce n’est que le début".

Aux mains des Russes depuis début mars, la ville portuaire sera-t-elle reprise à la faveur des livraisons d’armes occidentales aux hommes de Zelensky ? Le déficit en puissance de feu des Ukrainiens s’est fortement réduit ces dernières semaines. Les lance-roquettes HIMARS, les canons Caesar ainsi que d’autres pièces d’artillerie leur permettent désormais d’atteindre des cibles plus lointaines comme des postes de commandement russes et des dépôts de munitions généralement placés hors d’atteinte pour d’évidentes raisons stratégiques.

Une situation qui ne correspond pas tout à fait au plan (initial) de Moscou comme l’a souligné l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, devant le Conseil de sécurité : "Il ne devrait plus y avoir de doute que la Russie a l’intention de démanteler l’Ukraine et de l’effacer de la carte du monde".

De leur côté, les services de renseignement britanniques et le ministère de la Défense insistent de plus en plus régulièrement sur les difficultés matérielles et humaines rencontrées par l’armée de la Fédération de Russie. Une pression qui commence à se faire ressentir au-delà du champ de bataille. L’ambassade de Russie à Londres s’est en effet fendue d’un tweet incendiaire à propos du sort à réserver aux prisonniers issus du régiment Azov, déclenchant un tollé. "Les militants d’Azov méritent d’être exécutés, non pas par peloton d’exécution mais par pendaison, car ce ne sont pas de vrais soldats. Ils méritent une mort humiliante." Des propos extrêmement loin de la réserve et la mesure qui font de la diplomatie et de ceux qui la portent un art de la négociation capable de désamorcer bien des situations.

Suivez les évènements de ce 157e jour de guerre en Ukraine dans notre direct ci-dessous :

Loading...

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : Zelensky appelle à évacuer la région de Donetsk, lieu des combats dans l’Est

Guerre en Ukraine

Russie et Ukraine s'accusent mutuellement du bombardement de la prison d’Olenivka

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous