Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : l'opinion des partis sur l'Otan "en train de changer", dit la Première ministre finlandaise

© Tous droits réservés

L'opinion de la scène politique finlandaise sur l'adhésion à l'Otan "est en train de changer" après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a estimé mardi la Première ministre Sanna Marin après une réunion avec les autres chefs de parti.

"Nous n'avons pris aucune décision finale. Nous allons évaluer la façon de procéder", a-t-elle affirmé à la sortie de la rencontre, alors que la guerre déclenchée par le président russe Vladimir Poutine se traduit par un bond des Finlandais partisans d'une adhésion à l'alliance occidentale.

Organisée à huis clos au Parlement, la réunion portait sur une pétition réclamant un référendum sur l'adhésion. Avec 50.000 signatures en moins d'une semaine, elle avait atteint le seuil de saisine automatique du Parlement.

"Je pense que l'opinion des citoyens est certainement en train de changer et que celles des partis et de leurs membres est aussi en train de changer, du fait de l'évolution de notre environnement de sécurité", a affirmé la Première ministre sociale-démocrates aux journalistes après la réunion, qui a duré plus de deux heures.

"Néanmoins, je n'irai pas jusqu'à en tirer des conclusions à ce stade", a souligné la dirigeante finlandaise.

Les lignes bougent

Le parti social-démocrate de Mme Marin est traditionnellement hostile à l'adhésion, tandis que la droite y est davantage favorable.

Mais les lignes bougent très vite, dans un pays qui a rejoint l'UE en 1995 mais est resté hors de l'Otan, en grande partie pour ne pas irriter le Kremlin.

Exportations "historiques" d'armement pour l'Ukraine, très forte poussée pro-Otan dans l'opinion, fermeté face aux avertissements de Moscou : l'invasion russe a fait basculer en quelques jours le non-alignement de la Finlande et de la Suède voisine dans une nouvelle ère.

Stockholm et Helsinki ont écarté dans l'immédiat l'hypothèse d'une demande d'adhésion en urgence à l'alliance atlantique, mais jamais les deux pays n'ont été aussi proches de franchir le pas, selon des analystes.

Les deux pays sont officiellement non alignés, bien que partenaires de l'Otan depuis le milieu des années 1990 et ayant tourné la page de leur neutralité à la fin de la Guerre froide. 

Pour la première fois, une majorité absolue (53%) de Finlandais est favorable à rejoindre l'alliance militaire, selon un sondage publié lundi.

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous