Monde Europe

Guerre en Ukraine : l'UE, inquiète d'un trafic d'armes, renforce sa coopération avec la Moldavie

La présidente de la Moldavie, Maia Sandu, s'entretient avec la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, le 18 mai 2022.

© Belgaimage

11 juil. 2022 à 09:54Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Estelle De Houck

L'Union européenne a renforcé lundi sa coopération avec la Moldavie pour l'aider à contrôler sa frontière avec l'Ukraine et prévenir le risque de trafic d'armes en provenance de ce pays en guerre, s'inquiétant de voir détourné le matériel militaire fourni par les Occidentaux.

La commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson a annoncé la création d'un "hub de soutien pour la sécurité intérieure et la gestion des frontières en Moldavie", pays candidat à l'UE, lors d'une réunion à Prague des ministres européens de l'Intérieur avec leurs homologues moldave et ukrainien.

Le trafic d'armes à feu

Il s'agit d'un cadre d'échange d'informations et de coopération policière sur le terrain impliquant les États membres de l'UE, la Moldavie et l'Ukraine, ainsi que les agences Europol et Frontex. La première réunion prévue lundi, impliquant douze États membres, est consacrée au trafic d'armes à feu.

"Nous avons quelques indications" sur un trafic, a déclaré Ylva Johansson. "Nous savons combien d'armes il y a en Ukraine et bien sûr, toutes ne sont pas toujours entre de bonnes mains", a-t-elle ajouté, sans plus de précisions.

Sujet JT du 24 juin dernier :

L'UE s'inquiète de voir se répéter le scénario de la guerre en ex-Yougoslavie. "Nous avons toujours des problèmes avec le trafic d'armes depuis (cette région) au profit du crime organisé, qui alimente la violence des réseaux criminels dans l'Union européenne", a souligné la commissaire suédoise. "Donc nous devons nous préparer ensemble dès le début", a-t-elle dit.

Outre ce trafic, des armes en provenance de l'ex-Yougoslavie se sont également retrouvées entre les mains de jihadistes qui ont frappé ces dernières années l'Europe occidentale, comme lors des attaques de Paris du 13 novembre 2015.

Nous nous tenons à la frontière avec la Moldavie, parce que c'est de là que le trafic d'armes peut arriver principalement

"Nous nous tenons à la frontière avec la Moldavie, parce que c'est de là que le trafic d'armes peut arriver principalement", a indiqué la directrice générale par intérim de l'agence européenne de garde-côtes et de garde-frontières (Frontex), Aija Kalnaja.

La coopération avec la Moldavie concerne aussi la lutte contre les réseaux de passeurs de migrants, le trafic d'êtres humains, le trafic de drogue et le terrorisme.

"Les organisations criminelles se lancent dans ce qui est rentable, peu leur importe qu'il s'agisse du commerce de personnes ou d'armes, tant que cela leur rapporte de l'argent", a commenté Mme Kalnaja.

"Elles sont extrêmement flexibles, agiles, et nous devons l'être aussi", a-t-elle averti.

Sur le même sujet

Réunion à Paris pour aider la Moldavie, victime collatérale de la guerre en Ukraine

Monde

Guerre en Ukraine : le Biélorusse Loukachenko dit avoir parlé avec Poutine de "plans d’attaque" occidentaux contre la Russie

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous