RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Guerre en Ukraine : la banque centrale suisse essuie une perte de près de 100 milliards au premier semestre

29 juil. 2022 à 10:21Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Maud Wilquin

La banque centrale suisse a essuyé une perte sans précédent de 95,2 milliards de francs suisses (97,7 milliards d'euros) pour le premier semestre face aux secousses sur les marchés financiers depuis le début de l'Ukraine, a-t-elle annoncé vendredi.

La Banque nationale suisse (BNS), qui publie chaque trimestre le détail de l'évolution de ses réserves monétaires, a vu ses résultats fondre sous l'effet d'une perte de 97,4 milliards sur ses positions en monnaies étrangères, qui englobent des actions et des obligations, indique-t-elle dans un communiqué.

La valeur de son stock d'or, qui reste inchangé, s'est en revanche appréciée de 2,4 milliards de francs suisses.

Ses positions en francs, qui regroupent principalement les intérêts appliqués aux dépôts que doivent lui confier les banques et institutions financières ont de leur côté dégagé un bénéfice de 35,1 millions de francs, sans suffire pour compenser la dégringolade de la valeur de ses réserves en monnaies étrangères face aux secousses en Bourse.

La BNS a comme toujours rappelé que son résultat "dépend principalement de l'évolution sur les marchés de l'or, des changes et des capitaux", qui peuvent subir de fortes fluctuations et qu'il est donc "difficilement possible d'en tirer des déductions pour le résultat de l'exercice en cours".

La banque centrale suisse s'appuie sur d'importantes réserves monétaires qui incluent notamment des actions, des obligations et de l'or et publie chaque trimestre leur évolution par souci de transparence.

Cette évolution de son bilan est cependant très suivi en Suisse dans la mesure où elle reverse chaque année une partie de son bénéfice à la Confédération et aux cantons.

Ses résultats peuvent varier fortement d'une année à l'autre. En 2018, elle avait déjà essuyé une perte de 14,9 milliards de francs en raison de la chute des marchés en fin d'année, avant d'enchaîner sur trois années de bénéfices. Ils s'étaient montés à 48,9 milliards de francs en 2019, à 20,9 milliards en 2020 et à 26,3 milliards en 2021.

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : la restitution d'une turbine à la Russie "impossible" à cause des sanctions, selon Gazprom

Guerre en Ukraine

Antony Blinken a prévenu Sergeï Lavrov que le monde ne reconnaîtrait "jamais" l’annexion de territoires ukrainiens par la Russie

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous