Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : la Belgique a accordé une protection temporaire à près de 60.000 Ukrainiens

© Tous droits réservés

24 oct. 2022 à 08:42Temps de lecture3 min
Par Belga, édité par Théa Jacquet

Huit mois après le début de la guerre en Ukraine, près de 60.000 réfugiés ont reçu une protection temporaire dans notre pays, selon les données de l’Office des Étrangers. Selon plusieurs sources, loger ces réfugiés devient un problème plus aigu.

Début mars, les 27 États membres de l’Union européenne ont décidé, pour la première fois de leur histoire, d’activer le mécanisme européen de protection temporaire conçu spécialement pour les urgences humanitaires provoquant des arrivées massives en Europe. Celui-ci permet aux personnes fuyant la guerre, par une voie autre que la demande d’asile, d’obtenir très rapidement, presque de manière automatique, un statut légal dans les pays de l’UE. Cela leur donne accès au marché du travail, à un logement, à l’éducation et à l’aide sociale. La protection est accordée pour un an, et peut être prolongée en cas de nécessité, c’est-à-dire si le conflit persiste et que les habitants ne peuvent pas retourner dans leur pays d’origine.

La Belgique a accordé à ce jour, une attestation de protection temporaire à 59.143 personnes, dont 57.767 ont la nationalité ukrainienne. En mars et avril, les réfugiés ukrainiens ont afflué en masse dans notre pays avec un nombre record de 26.507 personnes qui ont reçu une protection temporaire en avril. Ce nombre a quelque peu diminué au fil des mois, mais il y a toujours des inscriptions quotidiennes. Jusqu’à présent, en octobre, 1534 réfugiés ont bénéficié de cette protection.

Des centres de transit ou presque

Tous les Ukrainiens arrivant dans notre pays n’ont pas tous besoin d’un accueil, mais ceux qui en ont besoin sont en principe d’abord hébergés au centre de transit Ariane à Bruxelles. Ils y restent le temps de trouver un logement temporaire dans une famille d’accueil ou dans un logement mis à disposition par une commune ou une région.

Actuellement, Ariane héberge environ 1000 personnes, la capacité totale d’accueil est presque atteinte.

La Croix-Rouge flamande, qui a mis en place le centre de transit Ariane à Bruxelles pour le compte de Fedasil, rappelle toutefois que celui-ci a depuis longtemps besoin de toute l’aide possible. "Actuellement, Ariane héberge environ 1000 personnes, la capacité totale d’accueil est presque atteinte", a déclaré son porte-parole Joachim Deman. Fedasil a récemment décidé que ce centre de transit devra également accueillir d’autres réfugiés, ce qui représente un problème. En effet, le centre Ariane a dû faire face à un afflux très important, cela signifie qu’il n’y a pas de place pour tous les Ukrainiens.

Le problème se pose surtout dans le flux vers les abris des autres régions. Le centre de transit est censé servir d’hébergement pour quelques jours, mais en réalité, "environ un tiers des réfugiés (35%) sont là depuis plus d’un mois et 25 d’entre eux y sont depuis plus de quatre mois" explique Deman. Cela pose un problème car "ni le bâtiment, ni les processus, ni les ressources ne sont actuellement prévus pour un séjour de deux à trois semaines", selon la Croix-Rouge flamande.

Chargé de mettre en relation les demandeurs d’asile avec les familles d’accueil, Fedasil demande depuis un certain temps aux Ukrainiens de trouver eux-mêmes un lieu d’hébergement. Malgré cela, le centre Ariane devient un lieu de résidence plus permanent et cela reste un problème aigu, le centre étant presque à court de places disponibles.

De plus, la répartition dans les trois régions du pays n’est pas fluide et ce, malgré le nombre suffisant d’initiatives locales pour accueillir les réfugiés, affirment-elles. Les familles sont de plus en plus réticentes à fournir un abri temporaire, rapportent également différentes sources. Dans les résidences de vacances, les chambres d’hôtes et les hôtels, les places d’hébergement seraient également plus rares que prévu.

Sur la même thématique : JT du 20/10/2022

Réfugiés ukrainiens : Un accueil important mais parfois difficile

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous