RTBFPasser au contenu
Rechercher

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : la Commission lance un appel pour accélérer l'exportation des céréales ukrainiennes

L'Union européenne va s'atteler à soutenir l'Ukraine dans l'exportation de sa production agricole, alors que des dizaines de tonnes de céréales et autres attendent actuellement de quitter le territoire ukrainien pour aller nourrir le reste du monde.

La Commission européenne a présenté jeudi son "plan d'action" en la matière, visant à créer ce qu'elle appelle des "corridors de solidarité", pour permettre l'exportation, mais aussi l'acheminement d'aide humanitaire et de biens essentiels. Pour ce faire, elle compte surtout sur la bonne volonté des États et des acteurs de transport européens, avant d'investir dans de nouvelles connexions à moyen et long terme. 

 

Avant la guerre, "90% des exportations ukrainiennes de céréales et d'oléagineux transitaient par les ports ukrainiens de la mer Noire", rappelle la Commission. L'Ukraine, surnommée le "grenier à blé" du monde, doit cependant faire face au blocage de la plupart de ses ports par l'envahisseur russe. Conséquence: des tonnes de céréales et autres (oléagineux) attendent de passer les frontières vers la Roumanie ou la Pologne, membres de l'UE. 

"Le problème que nous tentons de résoudre n'est d'aucune manière régional ou européen, mais bien global. L'Ukraine produit 12% du blé du monde, 15% de son maïs et 50% de son huile de tournesol. Elle est le principal exportateur de produits agricoles à destination des pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient", a expliqué en conférence de presse la commissaire européenne aux Transports Adina Valean. 

"L'Ukraine stocke pour le moment 40 millions de tonnes de céréales, dont la moitié doit être exportée avant fin juillet. La pression monte pour libérer de la capacité (de stockage) pour les récoltes qui s'annoncent"', a ajouté la commissaire roumaine. 

Selon l'exécutif européen, des milliers de wagons attendent aux frontières avec la Roumanie et la Pologne, avec actuellement un délai moyen d'attente de 16 jours pour le passage de la douane, voire 30 jours à certains endroits. Un des problèmes structurels est que l'écartement des rails n'est pas le même de part et d'autre de ces frontières. Un transbordement est donc nécessaire. 

Pour remédier dans l'urgence à ces blocages, la Commission propose surtout de jouer le rôle d'entremetteur entre l'offre et la demande, en créant une "plateforme logistique de mise en relation" entre acteurs du marché de l'UE et exportateurs ukrainiens. Elle lance un appel aux États membres à désigner chacun un point de contact spécifique, et aux acteurs européens (sociétés de transport ferroviaire ou autre) à rendre disponibles en urgence des capacités de transport supplémentaires, ou encore des "chargeurs de céréales mobiles" pour accélérer les transbordements aux frontières de l'Ukraine. Les gestionnaires d'infrastructure ferroviaire pourraient réserver des créneaux aux exportations ukrainiennes, suggère-t-elle.

"Des wagons céréaliers et wagons intermodaux, ainsi que des conteneurs et citernes sont urgemment nécessaires. Pour le transport sur le Danube, on a besoin de davantage de péniches et caboteurs", indique la Commission dans sa communication. 

Créneau horaires réservés

Les gestionnaires d'infrastructure ferroviaire pourraient réserver des créneaux aux exportations ukrainiennes, suggère également la Commission.

"L'attente n'est certainement pas due à un manque de bonne volonté, mais s'explique parce la nécessité de repenser les chaînes logistiques, créer de la capacité supplémentaire, adapter l'infrastructure et amener les bonnes machines au bon endroit", a résumé Adena Valean. Les produits transportés, via un maximum de "routes alternatives" possibles (pas seulement par la route et le rail, car les ports du Danube sont également accessibles, note la Commission), seraient en grande partie destinés à quitter l'Europe ensuite, vers le reste du monde. La Commission ajoute d'ailleurs qu'elle lancera aux ports européens un appel à manifestation d'intérêt pour identifier ceux vers lesquels les chargements pourraient se diriger. Elle compte établir une "carte" des capacités de stockage temporaire disponible dans les différents ports. 

Finalement, l'UE voit aussi plus loin. "Ces corridors de solidarité ne sont qu'un premier pas dans une stratégie à plus long terme, d'extension de notre réseau d'infrastructure de transport essentielle vers l'Ukraine et la Moldavie", a noté la commissaire roumaine.

Sur le même sujet

La Russie "prête" à aider une exportation "sans entraves" des céréales de l'Ukraine

Monde Europe

Guerre en Ukraine : la Russie estime pouvoir exporter 50 millions de tonnes de céréales

Monde

Articles recommandés pour vous