RTBFPasser au contenu
Rechercher

Energie

Guerre en Ukraine : la France ne reçoit plus aucun gaz russe par gazoduc, mais augmente ses achats de gaz naturel liquéfié

17 juin 2022 à 08:30 - mise à jour 17 juin 2022 à 08:51Temps de lecture1 min
Par Victor de Thier (avec AFP)

Le gestionnaire du réseau français de transport de gaz GRTgaz a annoncé vendredi ne plus recevoir de gaz russe par gazoduc depuis le 15 juin, avec "l’interruption du flux physique entre la France et l’Allemagne".

Le géant russe Gazprom a considérablement réduit ces derniers jours ses livraisons vers les pays européens, notamment vers l’Allemagne via le gazoduc Nord Stream 1, ce qui pourrait avoir causé l’interruption de l’approvisionnement vers la France. Mais le gestionnaire français a rassuré quant au remplissage des stocks français qui s’élève à 56% contre 50% habituellement à la même date.

L'approvisionnement russe dépendant de la technologie allemande

Les flux avaient déjà été réduits de 60% depuis le début de l'année et ce point d'importation ne fonctionnait déjà qu'à 10% de sa capacité "au début 2022", selon GRTgaz.

Depuis deux jours, l'approvisionnement est tombé à zéro. Cette coupure viendrait du fait que Gazprom dépend de la technologie allemande pour faire fonctionner son gazoduc. Or, un compresseur Siemens est actuellement en révision au Canada et il ne peut pas être renvoyé en Russie en raison des sanctions. Celles-ci empêchent donc de facto la Russie de poursuivre normalement ses livraisons, alors qu'un embargo européen du gaz russe n'est pas à l'ordre du jour contrairement au pétrole. 

Augmentation du gaz naturel liquéfié russe

La France importe toutefois du gaz depuis d'autres pays dont l'Espagne, qui a récemment augmenté ses livraisons. Et surtout, elle a augmenté ses achats de gaz naturel liquéfié (GNL), qui arrive par navire méthanier dans des terminaux proches de leur maximum technique, selon GRTgaz.

Au point que la France est devenue le plus gros acheteur de GNL russe dans le monde, selon Lauri Myllyvirta, analyste du Centre for research on energy and clean Air (CREA), qui a publié un rapport sur les ventes de pétrole et gaz russes cette semaine.

Sur le même sujet

Energie : Pedro Sánchez souhaite la construction d’un gazoduc reliant l’Espagne à l’Europe centrale

Energie

Guerre en Ukraine : la Suède lance une première alerte sur ses approvisionnements en gaz

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous