RTBFPasser au contenu
Rechercher

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : la haute-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU "horrifiée" par les images de Boutcha

Michelle Bachelet à l’ONU à New York le 28 février

La Haute-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU s’est déclarée "horrifiée" lundi par les images des corps dans la ville ukrainienne de Boutcha, découverts après le retrait des troupes russes, évoquant de possibles crimes de guerre.

"Les informations qui se font jour de cette zone et ailleurs soulèvent des questions graves et inquiétantes sur de possibles crimes de guerre et atteintes graves au droit international humanitaire et des violations graves des droits de l’homme", a souligné Michelle Bachelet dans un communiqué, appelant aussi "à préserver toutes les preuves".

 

"Il est vital de mener une enquête indépendante et efficace"

Outre l’identification des corps pour prévenir les familles, Michelle Bachelet a aussi demandé que tout soit mis en œuvre pour déterminer les causes des décès.

Les morts civils de Boutcha, éparpillés dans la rue, parfois les mains liées derrière le dos et jetés dans des fosses communes, ont provoqué une condamnation quasi unanime. Les autorités ukrainiennes et leurs alliés accusent les soldats russes d’avoir commis ces exactions tandis que Moscou rejette absolument cette thèse et parle de mise en scène de Kiev.

"Il est vital de mener une enquête indépendante et efficace" sur ce qui s’est passé à Boutcha pour que justice et réparation soient faites envers les victimes et leur famille, a encore souligné l’ancien président du Chili.

Tokyo dénonce

Le ministre japonais des Affaires étrangères s’est dit lundi "profondément choqué" par les informations selon lesquelles "des actes de violence exceptionnellement cruels contre des civils ont eu lieu près de Kiev".

"Le meurtre de civils innocents est une violation du droit humanitaire international et est inacceptable, et je condamne fermement ces actions", a déclaré Yoshimasa Hayashi à l’issue d’une rencontre avec son homologue polonais Zbigniew Rau à Varsovie.

Le chef de la diplomatie japonaise, en visite en Pologne, s’est joint à un chœur d’indignation mondiale après que des corps ont été retrouvés dans des fosses communes ou jonchant les rues près de la capitale ukrainienne au cours du week-end.

"L’assaut russe est une violation flagrante du droit international et une tentative de changer unilatéralement le statu quo par le recours à la force", a déclaré Yoshimasa Hayashi aux journalistes au côté de son homologue polonais.

L’assaut russe est une violation flagrante du droit international

Yoshimasa Hayashi a passé plusieurs jours en Pologne, au cours duquel il s’est rendu à la frontière avec l’Ukraine et a rencontré des réfugiés qui ont fui ce pays déchiré par la guerre.

"J’ai pu constater par moi-même à quel point la situation des réfugiés est difficile", a-t-il déclaré.

Le ministre japonais n’a pas fait allusion aux récentes informations des médias selon lesquelles, certaines des personnes qui ont fui l’Ukraine le rejoindraient lors de son vol de retour vers le Japon.

Zbigniew Rau a, pour sa part, souligné l’importance de la diplomatie pour mettre fin à la guerre.

"La seule façon de résoudre le conflit a été, est et continuera d’être la diplomatie et le dialogue", a déclaré à la presse le chef de la diplomatie polonaise, "nous regrettons que la Russie ait choisi la voie de l’agression et de la guerre au lieu du dialogue et de la diplomatie".

Sur le même sujet

Guerre froide, opposition États-Unis, Occident, Russie… et l’Ukraine au milieu : faisons la paix

Retour aux sources

Guerre en Ukraine : Zelensky à l’ONU, réactions aux exécutions de Boutcha… Revivez les événements de ce mardi 5 avril

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous