Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : la présidence ukrainienne rejette le modèle suédois de neutralité

Guerre en Ukraine : la neutralité de l’Ukraine au centre des négociations, selon Moscou.
16 mars 2022 à 10:41 - mise à jour 16 mars 2022 à 10:43Temps de lecture1 min
Par Belga

La neutralité de l’Ukraine est au cœur des négociations russo-ukrainiennes pour mettre fin à l’offensive militaire russe dans ce pays, a indiqué mercredi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Un autre responsable russe a évoqué un statut comparable à celui de la Suède et de l’Autriche, deux pays respectivement neutres et non alignés mais ancrés dans la sphère géopolitique occidentale. Un statut que rejette la présidence ukrainienne. 

"Le statut neutre (de l’Ukraine, ndlr) fait l’objet de discussions sérieuses et c’est en lien avec les garanties de sécurité" que réclament également Kiev et Moscou, a dit Sergueï Lavrov dans un entretien au média russe RBK. "C’est ce qui est discuté actuellement dans les négociations, il y a des formules très concrètes qui je pense sont proches d’un accord", a-t-il ajouté, tout en relevant que les pourparlers "ne sont pas faciles".

L’Otan

Le statut neutre de l’Ukraine implique qu’elle renonce à rejoindre l’Otan. Ce mardi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a estimé qu’il fallait "reconnaître" que son pays ne rejoindrait jamais l’Alliance atlantique. Ce dossier est un des motifs avancés par la Russie pour justifier son offensive en Ukraine, Moscou considérant l’Alliance comme une menace existentielle.

Selon la partie ukrainienne, des "contradictions profondes" persistent dans les pourparlers russo-ukrainiens qui se poursuivront mercredi. Mais un "compromis" est encore possible, a estimé mardi un conseiller du président ukrainien, Mykhaïlo Podoliak.

Le négociateur en chef côté russe, Vladimir Medinski, a pour sa part dit mercredi que les pourparlers étaient "lents et difficiles", tout en assurant que le Kremlin voulait "arriver à la paix le plus vite possible". Il est question d’une Ukraine "neutre", a-t-il ajouté en évoquant l’Autriche et la Suède. Selon lui, des questions clés sont le statut de la Crimée, que la Russie a annexée en 2014, et celle des séparatistes prorusses de Donetsk et Lougansk dont Moscou a reconnu l’indépendance.

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : le négociateur russe salue une approche "plus réaliste" de l’Ukraine d’un statut neutre

Guerre en Ukraine

Négociations de paix: pas de "neutralité" de l'Ukraine sans référendum, qui pourrait prendre plusieurs mois

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous