Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : la Russie aurait bombardé une école dans laquelle plusieurs centaines de personnes étaient réfugiées

Vue aérienne de Marioupol

© AFP PHOTO / Satellite image 2022 Maxar Technologies

20 mars 2022 à 09:07 - mise à jour 20 mars 2022 à 11:21Temps de lecture1 min
Par Belga

L’armée russe a bombardé une école d’art servant de refuge à plusieurs centaines de personnes à Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, ont accusé dimanche les autorités locales, ajoutant que des civils étaient coincés sous les décombres.

"Hier (samedi), les occupants russes ont largué des bombes sur l’école d’art G12 située sur la rive gauche de Marioupol, où 400 habitants de Marioupol - des femmes, des enfants et des personnes âgées – s’étaient réfugiés", a déclaré la municipalité de cette cité portuaire assiégée par les forces de Moscou.

"Nous savons que le bâtiment a été détruit et que des gens pacifiques sont toujours sous les décombres. Le bilan concernant le nombre de victimes est en train d’être clarifié", a-t-elle ajouté dans un communiqué publié sur Telegram.

Marioupol, ville du sud-est de l’Ukraine qui comptait 450.000 habitants avant la guerre, est la cible depuis plusieurs semaines de violents bombardements des forces russes et de leurs alliés séparatistes prorusses.

Dimanche, le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kirilenko, a aussi accusé Moscou d’avoir "déporté de force plus de 1000 habitants de Marioupol" vivant dans l’est de la ville vers la Russie, sans préciser quand les faits auraient eu lieu.

Selon lui, les forces russes ont installé des "camps de filtration" où ils "vérifient les téléphones" des habitants de Marioupol avant de "confisquer leurs documents d’identité". "Puis ils sont envoyés en Russie", a-t-il affirmé sur Facebook, précisant que "leur sort de l’autre côté (de la frontière) est inconnu".

Ces déclarations ne pouvaient pas être vérifiées de manière indépendante dans l’immédiat.

 

 

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine et finance : la Bourse de Moscou rouvre partiellement pour les obligations

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous