Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : la Russie n’aura "aucune pitié" pour les meurtriers de la fille de l’idéologue Douguine, selon Lavrov

Un portrait de la Russe Daria Dugina, tuée dans l’explosion d’une voiture piégée la semaine précédente, est exposé près de son cercueil tandis que la lettre " Z ", l’insigne tactique des troupes russes en Ukraine, est marquée sur le tissu d’un participant

© AFP

23 août 2022 à 09:52 - mise à jour 23 août 2022 à 13:02Temps de lecture2 min
Par Belga, mis en ligne par Kevin D.ero

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a appelé mardi à n’avoir "aucune pitié" pour les meurtriers de la fille d’un idéologue impérialiste pro-Kremlin tuée dans un attentat, dont les funérailles ont réuni des centaines de personnes.

Daria Douguina a été tuée samedi soir dans l’explosion du véhicule qu’elle conduisait sur une route près de Moscou. Elle avait 29 ans.

 

Fille du "cerveau de Poutine"

L'idéologue russe Alexandre Douguine assiste à la cérémonie d'adieu de sa fille Daria Douguina.

Journaliste et politologue, elle était la fille d’Alexandre Douguine, un idéologue et écrivain ultranationaliste promouvant une doctrine impérialiste. Comme son père, elle était farouchement partisane de l’offensive russe en Ukraine.

Elle est morte au front pour la nation, pour la Russie. Le front, il est ici

Mardi, des centaines de personnes, notamment des proches de la famille et des responsables politiques, se sont recueillies devant le cercueil de Daria Douguina, au-dessus duquel avait été accroché un portrait d’elle souriant, a constaté l’AFP.

"Elle est morte au front pour la nation, pour la Russie. Le front, il est ici", a déclaré Alexandre Douguine d’une voix tremblante, les yeux cernés. "Parmi les premiers mots que nous lui avons enseignés, dans son enfance, il y a évidemment 'Russie', 'notre puissance', 'notre peuple', 'notre empire'", a raconté Alexandre Douguine, retenant des pleurs.

Moins de 48 heures après la mort de Daria Douguina, les services de sécurité russes (FSB) ont affirmé lundi avoir conclu que l’attaque avait été préparée et menée par les services de renseignement ukrainiens. Kiev a démenti toute implication.

Extrait de notre 19h30 de ce samedi :

Décorations à titre posthume

Dans un message de condoléances, le président russe Vladimir Poutine a dénoncé un "crime ignoble, cruel", qui a "mis fin prématurément à la vie de Daria Douguina, une personne brillante et talentueuse dotée d’un cœur véritablement russe".

Vladimir Poutine lui a également remis à titre posthume l’Ordre du Courage, une importante décoration.

Des personnes assistent à la cérémonie d’adieu de la Russe Daria Dugina, tuée dans l’explosion d’une voiture piégée la semaine précédente, au centre de télévision Ostankino à Moscou, le 23 août 2022.
Des personnes assistent à la cérémonie d’adieu de la Russe Daria Dugina, tuée dans l’explosion d’une voiture piégée la semaine précédente, au centre de télévision Ostankino à Moscou, le 23 août 2022. © AFP

"Aucune pitié, pour Lavrov

"C’était un crime barbare pour lequel il ne saurait y avoir de pardon […]. Il ne peut y avoir aucune pitié pour les organisateurs, les commanditaires et les exécutants", a réagi mardi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Il ne peut y avoir aucune pitié pour les organisateurs, les commanditaires et les exécutants

Réactions diplomatiques

Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, s’est abstenu lundi de toute spéculation sur la responsabilité du meurtre. Il a condamné toute attaque contre des civils et souligné que Kiev avait rejeté toute participation.

"Puisque le meurtre d’un journaliste n’est même pas commenté sous cet angle-là, qui est pourtant si important pour les autorités américaines, alors Washington n’a aucun droit moral […] de juger des droits humains dans le monde", a réagi mardi son homologue russe, Maria Zakharova, sur Telegram.

Extrême droite

Promoteur de l'"Eurasisme", une doctrine impérialiste prônant une alliance entre l’Europe et l’Asie, sous direction russe, Alexandre Douguine est visé depuis 2014 par des sanctions de l’Union européenne. Personnalité médiatique et polyglotte, il est influent dans une partie de l’extrême droite européenne.

Crime ignoble, cruel

Surnommé par certains médias "le cerveau de Poutine", Alexandre Douguine est parfois présenté comme étant proche du président russe. Mais ce dernier ne l’a jamais soutenu publiquement et de nombreux observateurs relativisent son influence au Kremlin.

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : Alexandre Loukachenko félicite le peuple ukrainien pour le Jour de l'Indépendance

Guerre en Ukraine

Russie : Evguéni Roïzman, une des dernières figures de l’opposition, arrêté pour "discréditation" de l’armée russe

Monde

Articles recommandés pour vous