Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : les cartes des chemins de fer montrent que l’avancée russe patine

Carte du réseau ferroviaire ukrainien au 24 mars 2022

© Ukrzaliznytsia

29 mars 2022 à 13:58Temps de lecture1 min
Par Jean-François Herbecq

Les trains continuent à rouler en Ukraine. Sur la grande majorité du territoire national, malgré l’invasion d’une partie par la Russie. UZ, Ukrzaliznytsia, la société des chemins de fers ukrainiens, reste la colonne vertébrale du transport dans le pays : passagers, marchandises, ravitaillement, aide humanitaire, exportations…

Carte du réseau ferroviaire ukrainien au 13 mars 2022
Carte du réseau ferroviaire ukrainien au 13 mars 2022 Ukrzaliznytsia

De semaine en semaine, la société publie la carte de son réseau ferré : en vert, les gares opérationnelles, en rouge, celles détruites ou tombées aux mains des Russes. La résistance d’un pays au travers de ses chemins de fer est ainsi visible à l’œil nu. Entre le 13 et le 24 mars par exemple, pour ainsi dire pas de changement.

Chernihiv, Marioupol, Sumy, Kherson sont hors réseau, mais l’essentiel des gares ukrainiennes est toujours desservi par Ukrzaliznytsia. Un tour de force pour un pays en guerre.

Certains convois transportent jusqu’à 6000 passagers, entassés si bien que la billetterie a été suspendue.

Un cliché montrant l'évacuation d'un bombe non explosée tombée à proximité des voies

Le réseau ferré ukrainien est un des plus étendus au monde. Grâce à lui, des milliers d’Ukrainiens ont pu se mettre à l’abri dans le pays et surtout à l’étranger. Il est aussi vulnérable. Chaque jour, des voies sont détruites par des bombardements russes. Il faut réparer, parfois sous les bombes.

La société des chemins de fer ukrainiens compte 231.000 employés dirigés par Oleksandr Kamyshin. Mais pas depuis les bureaux centraux de Kiev. Depuis le 14 février, sa petite équipe de commandement est nomade : il faut éviter de devenir une cible pour l’armée russe. Alors il faut souvent bouger, en train. D’une gare à l’autre. Dans les gares, un système de téléphonie fixe datant de l’époque soviétique fonctionne toujours pour communiquer.

Dans les trains, c’est une autre affaire. Le réseau GSM n’est pas toujours assuré, il pourrait être détruit ou piraté. Mais le milliardaire Elon Musk a offert son système Starlink. Là aussi, ce n’est pas la panacée : il pourrait tout simplement aider les Russes à localiser les dirigeants d’Ukrzaliznytsia pour les cibler.

Sur le même sujet

Voyages en Europe en train : la vente de tickets "InterRail" a retrouvé son niveau d’avant la pandémie

Guerre Ukraine : scepticisme sur les annonces de retrait russe, en dépit de progrès dans les négociations

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous