Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : les livraisons de gaz russe via le Nord Stream ont baissé à 20% des capacités

Sur cette photo d'archive prise le 8 novembre 2011, un hélicoptère survole le terminal du gazoduc Nordstream avant une cérémonie d'inauguration du premier des 1224 kilomètres du gazoduc jumeau Nord Stream qui traverse la mer Baltique, à Lubmin, dans le no
27 juil. 2022 à 08:40Temps de lecture1 min
Par AFP édité par R.V.

Les livraisons de gaz via le gazoduc Nord Stream ont, comme annoncé, baissé mercredi matin à près de 20% de ses capacités, selon les données de l'opérateur allemand, renforçant les risques de pénurie cet hiver en Europe. "Depuis 08H00, Nord Stream 1 transporte (...) 1,28 million de mètres cube par heure, soit à peu près 20% de la capacité maximale du gazoduc", a indiqué l'opérateur allemand Gascade, qui gère le réseau sur le territoire allemand.

Avant la guerre en Ukraine, Nord Stream transportait quelque 73 GWh par heure, approvisionnant l'Allemagne -- particulièrement dépendante du gaz russe -- mais aussi d'autres pays européens via la liaison passant sous la mer Baltique. Mais l'approvisionnement avait été réduit à 40% de la normale mi-juin avant un arrêt complet pendant 10 jours pour une maintenance annuelle entre le 11 et le 21 juillet. Les flux ont depuis repris.

Des opérations de maintenance

Lundi, le géant russe Gazprom a finalement annoncé qu'il allait encore diviser par deux dès mercredi ses livraisons quotidiennes via Nord Stream, invoquant une opération de maintenance sur une turbine. Un porte-parole du Kremlin a estimé mardi que la réduction de débit s'expliquait par les sanctions occidentales prises contre la Russie après l'invasion de l'Ukraine. "S'il n'y avait pas eu ces restrictions, tout aurait été accompli (...) dans les délais habituels", a-t-il dit.

Le gaz, une arme économique

Mais les Européens réfutent le motif technique et accusent Moscou d'utiliser le gaz en tant qu'arme économique et politique. Le conflit tire les prix du gaz européen, qui a atteint mardi un plus haut depuis le record de mars.

Pour tenter de prévenir les risques de pénuries cet hiver, les 27 membres de l'UE se sont accordés mardi sur un plan prévoyant que chaque pays fasse "tout son possible" pour réduire, entre août 2022 et mars 2023, sa consommation de gaz d'au moins 15% par rapport à la moyenne des cinq dernières années sur la même période. La Russie représentait jusqu'à l'an dernier quelque 40% des importations gazières de l'UE.

Sur le même thème : JT du 26/07/2022

Sur le même sujet

Crise du gaz : la Belgique connaîtra-t-elle des coupures de chauffage et d’électricité cet hiver ?

Faky

Crise énergétique : l'Allemagne pourrait prolonger l'activité de sa plus grande centrale nucléaire, en Bavière

Energie

Articles recommandés pour vous