Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : les quatre raisons pour lesquelles la Russie s’accroche à la Crimée

Le président russe Vladimir Poutine lors d'un défilé militaire le 9 mai 2014 à Sébastopol, en Crimée, base de la flotte russe en Mer Noire.

© Sasha Mordovets

10 août 2022 à 14:10 - mise à jour 11 août 2022 à 04:20Temps de lecture3 min
Par Quentin Warlop

La centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, occupée par les Russes, raccordée à la Crimée ? Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a brandi le spectre de la catastrophe de Tchernobyl. Hier soir, l'opérateur ukrainien, Energoatom, a affirmé que les forces russes préparaient le raccordement de la centrale à la Crimée, presqu'île annexée par Moscou en 2014, et l'endommageaient en procédant à cette réorientation de la production électrique.

La Crimée revient donc une nouvelle fois sur le devant de la scène internationale. La Crimée. Une presqu’île reliée au continent. En 1991, survient la chute de l’URSS. Boris Eltsine, successeur de Gorbatchev, reconnaît l’indépendance de l’Ukraine, avec la Crimée dans ses frontières. L’Ukraine a toujours considéré qu’elle faisait partie intégrante de son territoire. Pour eux, en 2014, les Russes se sont octroyé une partie symbolique de leur territoire.

"Cette guerre russe (...) a commencé avec la Crimée et doit se terminer avec la Crimée et sa libération", a déclaré le Président ukrainien, Volodymyr Zelensky.
"Cette guerre russe (...) a commencé avec la Crimée et doit se terminer avec la Crimée et sa libération", a déclaré le Président ukrainien, Volodymyr Zelensky. © Tous droits réservés

Décryptage

Alors pourquoi la Crimée joue-t-elle, aujourd’hui, un rôle essentiel dans le conflit ? Nous avons posé la question à Nicolas Gosset, chercheur à l’Institut Royal Militaire et spécialiste Russie-Eurasie. Voici quatre raisons pourquoi la Russie s’accroche à ce bout de terre, presqu’aussi grand que la Belgique.

1. Dimension symbolique et historique

"C’est une région qui occupe une place particulière dans l’imaginaire des Russes. C’était là que les Tsars possédaient leurs résidences estivales. Pendant l’époque soviétique, l’endroit était considéré comme la "Riviera", comme un lieu de villégiature" explique le chercheur Nicolas Gosset. C’est un endroit touristiquement et historiquement important, surtout connu chez nous à travers l'épisode de la mutinerie du cuirassé Potemkine, en 1905. 

Loading...

2. Une base militaire importante

C’est en Crimée, à Sébastopol, que les Russes ont basé leur flotte en mer Noire. Depuis l’annexion de 2014, les Russes ont fortement militarisé la Crimée. "En ce sens, la Crimée peut donc fonctionner comme une base militaire et comme une sorte de "porte-avion terrestre". C’est un endroit stratégique et militairement fondamental." rappelle Nicolas Gosset. Il faut encore rajouter qu’historiquement, Sébastopol est le plus grand port militaire de la mer Noire.

Des Russes en Crimée, lors d'une manifestation le 5 mars 2022.
Des Russes en Crimée, lors d'une manifestation le 5 mars 2022. AFP or licensors

3. Zone économique exclusive

Même si c’est de manière illégale et non-reconnue, les Russes ont considérablement élargi leur domaine maritime dans la mer Noire. Ce que l’on appelle la "zone économique exclusive". "Les Russes ont aujourd’hui un domaine maritime en mer Noire qui correspond aujourd’hui à la grosse moitié nord-est de la mer Noire. Et cela, ça permet de "bloquer la mer", comprenez que la mer est un domaine maritime russe." explique le spécialiste Russie-Eurasie. Il faut aussi ajouter que posséder un accès à la mer Noire est intéressant économiquement. Car la mer Noire permet d’accéder au Détroit du Bosphore et donc à la mer Méditerranée, seul accès possible pour les Russes.   

4. Canal Nord-Crimée

Il y a très peu d’eau en Crimée. Entre 1961 et 1971, les autorités soviétiques construisent un canal, celui de "nord-Crimée", pour alimenter en eau la Crimée à partir du Dniepr, un fleuve se jetant dans la mer Noire. Depuis l’époque soviétique, l’alimentation en eau est dépendante de ce canal. Mais suite à la dislocation de l’URSS, faute d’entretien, ses performances baissent.

"Après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, l’Ukraine a bloqué ce canal. Il manquait donc d’eau en Crimée. Ce qui veut dire que les Russes ne pouvaient plus amener de l’eau courante dans les grandes villes. Donc, au mois de février 2022, lorsque les Russes ont pris le contrôle de la partie ukrainienne, au nord de la Crimée, ils ont repris le contrôle de ce canal et l’ont rouvert." conclue Nicolas Gosset. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles les Russes ne veulent absolument pas lâcher la région de Kerson.

Essentielle pour les Russes, symbolique pour les Ukrainiens, la Crimée est plus que jamais convoitée. Le Président ukrainien l’a rappelé : "Nous n'oublierons pas que la guerre russe contre l'Ukraine a commencé avec l'occupation de la Crimée (...) Cette guerre russe (...) a commencé avec la Crimée et doit se terminer avec la Crimée et sa libération", a déclaré le Président ukrainien.

Sur le même sujet

Cette photo d’un panneau routier "hacké" par des Ukrainiens sur un pont de Crimée est un montage

Faky

Guerre en Ukraine : la défense anti-aérienne russe active au-dessus de la Crimée

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous