Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : Moscou accuse Kiev d’avoir empêché l’évacuation de civils à Severodonetsk

Image d’illustration

La Russie a accusé mercredi les forces de Kiev d’avoir empêché l’évacuation par un "couloir humanitaire" des civils se trouvant dans une usine de Severodonetsk, ville de l’est de l’Ukraine prise d’assaut par l’armée russe.

"La partie russe a mis à disposition un couloir humanitaire pour permettre l’évacuation des civils de l’usine chimique Azot à Severodonetsk. Malgré toutes ces mesures, […] les autorités de Kiev ont fait échouer avec cynisme l’opération humanitaire", a accusé le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Couloir vers les pro-russes

Mardi, la Russie avait affirmé qu’elle mettrait en place un "couloir humanitaire" mercredi de 05h00 GMT à 17h00 GMT pour permettre aux civils ayant trouvé refuge dans l’usine Azot de quitter Severodonetsk en direction de territoires contrôlés par les forces de Moscou au nord.

Le ministère russe de la Défense a cependant accusé les forces ukrainiennes d’avoir "violé le cessez-le-feu à plusieurs reprises" et d’avoir "utilisé la pause humanitaire pour se redéployer dans des positions (de combat) plus avantageuses".

Il n’était pas possible de vérifier ces affirmations de manière indépendante.

Ville stratégique de l’est de l’Ukraine, Severodonetsk est depuis plusieurs semaines le théâtre de violents affrontements entre l’armée ukrainienne et les forces de Moscou ainsi que leurs alliés séparatistes prorusses.


A lire aussi : Guerre en Ukraine : "Il faudra peut-être se retirer" de Severodonetsk, déclare le gouverneur de la région de Lougansk


Selon les autorités ukrainiennes, plusieurs centaines de personnes sont actuellement réfugiées dans la grande usine chimique Azot, qui est d’après elles constamment bombardée.

Cette situation rappelle, à moindre échelle, celle qui existait dans le grand complexe métallurgique Azovstal à Marioupol, grande ville portuaire du sud-est tombée aux mains des Russes en mai après plusieurs semaines de siège.

Des centaines de civils avaient trouvé refuge dans des galeries souterraines à Azovstal, avant de s’y retrouver pris au piège au côté des combattants ukrainiens, dans des conditions extrêmement difficiles alors que les bombes pleuvaient sans arrêt.

La Russie avait annoncé à plusieurs reprises la mise en place de couloirs humanitaires pour évacuer les civils, mais plusieurs accords étaient tombés à l’eau, Moscou et Kiev s’accusant mutuellement de les avoir rompus.

Sujet du 14 juin :

Parallèle avec Azovstal

Cette situation rappelle, à moindre échelle, celle qui existait dans le grand complexe métallurgique Azovstal à Marioupol, grande ville portuaire du sud-est tombée aux mains des Russes en mai après plusieurs semaines de siège.

Des centaines de civils avaient trouvé refuge dans des galeries souterraines à Azovstal, avant de s’y retrouver pris au piège au côté des combattants ukrainiens, dans des conditions extrêmement difficiles alors que les bombes pleuvaient sans arrêt.

La Russie avait annoncé à plusieurs reprises la mise en place de couloirs humanitaires pour évacuer les civils, mais plusieurs accords étaient tombés à l’eau, Moscou et Kiev s’accusant mutuellement de les avoir rompus.

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : les forces ukrainiennes ont reçu l’ordre de se retirer de Severodonetsk (Donbass)

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : Scholz, en visite à Kiev avec Macron et Draghi, invite Zelensky à participer au prochain G7 en Bavière

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous