Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : nouveaux records des cours du maïs et du blé sur le marché européen

Les prix du blé meunier et du maïs ont clôturé mardi à un nouveau record sur le marché européen, respectivement à 351,25 et 340 euros la tonne sur l'échéance de mars 2022, galvanisés par la crise russo-ukrainienne.

Les cours des céréales ont poursuivi leur envolée de la veille, alors que "la crise s'installe": les ports ukrainiens sont toujours bloqués et la demande est forte, avec "des acheteurs qui cherchent des solutions" pour remplacer les cargaisons ukrainiennes sur lesquelles ils espéraient pouvoir compter, a expliqué à l'AFP Damien Vercambre, courtier pour le cabinet Inter-Courtage.

"Rien n'a vraiment changé aujourd'hui, mais les marchés commencent à prendre la mesure de la situation: les exportations totalement à l'arrêt en provenance d'Ukraine et l'urgence de trouver de nouveaux débouchés", a-t-il poursuivi.

L'Egypte, qui cherche depuis trois jours à acheter du blé, "a une nouvelle fois annulé son appel d'offres, jugeant probablement les prix trop élevés", a relevé le cabinet Agritel.

La situation est très tendue sur le maïs: "A ce jour l'Ukraine a exporté 18,7 millions de tonnes de maïs sur un total attendu d'ici la fin de campagne à plus de 33 millions de tonnes", rappelle Agritel.

Alors que le conflit s'installe, nul ne sait quand le moindre grain pourra sortir d'Ukraine. "La Chine attendait 4 à 5 millions de tonnes de maïs ukrainien et cherche à s'approvisionner ailleurs", a indiqué M. Vercambre.

En blé, le précédent record avait été battu lundi soir, avec une tonne clôturant à 322,50 euros sur l'échéance de mars 2022 sur Euronext.

Sur le marché européen, le précédent record pour le maïs remontait au 4 août dernier: le cours avait alors atteint les 320 euros en clôture.

Sur le même sujet

Les importations de céréales de Russie et d’Ukraine à l’arrêt : les pâtes de 10 à 20% plus chères

On n'est pas des pigeons

La guerre en Ukraine affectera la relance économique UE sans la faire dérailler, selon le commissaire européen à l'Economie

Economie

Articles recommandés pour vous