RTBFPasser au contenu
Rechercher

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : un chauffeur de presse tué, deux journalistes de Reuters blessés dans le Donbass

03 juin 2022 à 19:23 - mise à jour 03 juin 2022 à 21:34Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Adeline Louvigny

Le chauffeur d'un véhicule transportant deux journalistes de l'agence de presse internationale Reuters dans l'est de l'Ukraine a été tué vendredi, tandis que les deux reporters ont été légèrement blessés, a annoncé cette agence de presse.

Visés par des tirs

"Au cours d'un reportage, deux journalistes de Reuters ont été légèrement blessés lorsqu'ils ont été visés par des tirs pendant qu'ils étaient en route pour Severodonetsk", la capitale administrative de la région de Lougansk qui, avec celle de Donetsk, forment le Donbass, a déclaré un porte-parole de Reuters.

"Ils voyageaient dans un véhicule fourni par des séparatistes (prorusses) et conduit par un chauffeur fourni par les séparatistes. Le chauffeur a été tué", a-t-il ajouté.

Aucun autre détail n'a été donné sur leur identité, leur état de santé ou les circonstances de ces tirs.

Huit journalistes morts depuis le début du conflit

Lundi, Frédéric Leclerc-Imhoff, un journaliste travaillant pour la chaîne de télévision française BFMTV qui suivait une opération humanitaire, avait été tué dans l'est de l'Ukraine par un éclat au cours d'un bombardement.

Il se trouvait près de Severodonestk, cible de nombreuses frappes russes et où, d'après la présidence ukrainienne, "les combats se poursuivent dans le centre-ville" vendredi.

La cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna, avait affirmé dans un tweet que le reporter, âgé de 32 ans, avait été "tué par un bombardement russe".

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, au moins huit journalistes sont morts sur le terrain dans l'exercice de leur profession, selon un comptage de l'ONG Reporters sans frontières (RSF).

"Les journalistes qui oeuvrent chaque jour en Ukraine à nous informer de la réalité de la guerre doivent être protégés de toute attaque", a souligné lundi la directrice générale de l'Unesco Audrey Azoulay, appelant les belligérants à respecter une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur la protection des professionnels des médias dans les zones de conflit.

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : le corps du journaliste de BFM tué en Ukraine rapatrié en France

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine ce 4 juin : la situation à Severodonetsk incertaine, chaque camp revendique des avancées

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous