RTBFPasser au contenu
Rechercher

Info

Hackanews ce week-end au sein de Médiasambre à Charleroi

Workshop lors du Hackathon à Médiasambre Faktory
19 mars 2022 à 16:38Temps de lecture2 min
Par Christine Borowiak

Un hackaton consacré au métier de journaliste se déroule durant tout ce week-end à la Médiasambre Faktory, le bâtiment de la RTBF à Charleroi. Le principe est simple : 60 jeunes viennent apprendre les techniques et ficelles du métier de journaliste. Un univers qu’ils ne connaissent pas spécialement puisque la formation est ouverte à tous les curieux, quel que soit leur âge et leur niveau d’études. C’est la première fois qu’un évènement de ce type est organisé par la RTBF.

Pendant 3 jours, les 60 participants répondront en équipe à des défis journalistiques et participeront, avec l’aide de Charlewood, à des ateliers encadrés par des collègues de différentes rédactions.

En quoi consiste le métier de journaliste à la RTBF, qu’est-ce la déontologie, quels sont les codes du métier, comment produire des contenus vidéos, audios, digitaux ? Autant de questions qui sont abordées pendant ce week-end.

Concrètement, les participants vont réaliser un projet journalistique de A à Z. Jacques Cremers est le chef de la cellule société à la RTBF, et responsable de cet hackaton. "Ce sont des jeunes qui ont un point commun : c’est leur intérêt pour les médias. Ils ont envie de connaître les codes des journalistes, ils ont envie de comprendre l’information qui leur est communiquée régulièrement à travers les plateformes qu’ils connaissent - et ce n’est pas toujours la RTBF d’ailleurs – et ils ont surtout envie d’être acteurs, de produire du contenu. Et ils ont plein d’idées, beaucoup de créativité, et c’est ça qui nous intéresse."
De la créativité et beaucoup de curiosité vis-à-vis du métier de journaliste explique Abdel : " c’est l’occasion d’être journaliste sans être journaliste, sans avoir fait le parcours habituel, les études etc. mais de quand même être plongé là-dedans, de découvrir ça, d’apprendre et aussi d’expérimenter et de produire quelque chose derrière".

Siham est très satisfaite de ce qu’elle a déjà appris : " on a eu un atelier sur le journalisme, sur ce que pouvait faire ou ne pas faire un journaliste. On est rentrés dans les règles, dans le métier, la déontologie, voir comment il traite l’information, comment il fait ses sujets, et c’était très intéressant".

Nésé, elle, se réconcilie avec les médias : "j’ai un peu un rapport "amour haine" avec la presse. Autant j’aime bien m’informer, savoir ce qui se passe, autant il y a cette perte de confiance, on décrédibilise énormément ce métier. Avec ce que j’ai déjà vu et entendu ici, je dis "waow", tout le travail qu’il y a derrière ! C’est énorme, c’est bien plus que ce qu’on pense en fait, c’est pas juste les sujets du JT qui sont passés comme ça, il y a un travail d’analyse, de recoupement… Rien que de saluer le travail qu’il y a derrière, c’est pour moi déjà un changement d’attitude !"
L’ensemble des projets sera présenté à un jury de professionnels à la fin du week-end et analysé avec les équipes.

Articles recommandés pour vous