Regions Liège

Hannut: le site des Sept Fontaines va devenir une réserve naturelle

Hannut: le site des Sept Fontaines va devenir une réserve naturelle
10 févr. 2022 à 15:42Temps de lecture2 min
Par Martial Giot avec C. Adam

La Ville de Hannut va faire du site des Sept Fontaines à Grand-Hallet une réserve naturelle.

L'objectif est que ce site naturel puisse être préservé mais aussi restauré. L'association de protection de la nature Natagora gèrera le site. Des acquisitions de parcelles privées ont été nécessaires. Des travaux seront par ailleurs réalisés. Le budget est de 400.000 euros. La Ville de Hannut peut compter sur des aides régionales conséquentes.

On veut que la nature soit admirée, tout en la préservant

Pourquoi la Ville a-t-elle voulu faire de ce site des Sept Fontaines une réserve naturelle? Florence Degroot, l'échevine de l'environnement, répond: "La Hesbaye subit une pression foncière très importante avec une agriculture intensive" explique-t-elle. "Il nous semblait donc intéressant de pouvoir remettre en valeur la zone naturelle qui se trouve sur le site des Sept Fontaines. On espère un début des travaux pour le mois de septembre prochain et une fin des travaux dans le courant 2023. On rend la nature dans son pristin état mais on veut également qu'elle puisse être vue, admirée et aimée tout en la préservant. C'est-à-dire que nous aurons deux sentiers. Un sentier au nord de la zone, un sentier au sud, qui permettront de voir les choses intéressantes, sans pour autant, par des promenades plus intensives, mettre à mal tout l'équilibre qu'on souhaite remettre dans cette zone."

L'association de protection de la nature Natagora gèrera la réserve naturelle. "Ce qui fait l'intérêt du site, c'est qu'il s'agit d'une véritable oasis de bio-diversité en plein milieu du plateau agricole hesbignon qui a pu être préservé de l'agriculture trop intensive parce que c'est un site très humide, et donc les différents biotopes et les différentes espèces qui nous intéressent et qui sont particulièrement menacés s'y trouvent encore" explique Julien Taymans, de Natagora.

Une site riche en faune et en flore

Et il ajoute: "Au niveau de la flore, on va retrouver toute une série d'espèces végétales des zones humides comme par exemple le populage des marais, la lèche des marais. Au niveau de la faune, on va avoir toute une série d'oiseaux comme la bécassine des marais, le râle d'eau, éventuellement les canards colverts qui sont plus communs. L'objectif du projet est à la fois de préserver les différents terrains qui sont à l'heure actuelle des propriétés morcelées, plutôt privées, de rassembler tout ça dans une seule et même gestion intégrée et de pouvoir restaurer des habitats qui ont été dégradés par le temps, notamment en déboisant certaines petites parties pour restaurer des prairies humides, en restaurant les anciennes cressonnières sous forme d'étangs, en creusant aussi une quinzaine de mares naturelles pour la faune et la flore."

Sur le même sujet

Entre cultures et bocage dans la vallée du Ry de Snaye

Nature & Découvertes

Articles recommandés pour vous