Monde Europe

Haut Karabakh : des bombardements frappent Stepanakert, la capitale régionale, en dépit du cessez-le-feu

Les bombardements ont repris malgré le cessez-le-feu.

© AFP

10 oct. 2020 à 19:56 - mise à jour 11 oct. 2020 à 09:15Temps de lecture2 min
Par AFP

La ville de Stepanakert, capitale régionale du Nagorny Karabakh sous contrôle des séparatistes arméniens, a été samedi soir la cible de bombardements, en dépit d'un cessez-le-feu entré théoriquement en vigueur dans la journée, a-t-on constaté. Sept lourdes explosions ont été entendues vers 23h30 locales (21H30, heure belge), faisant trembler le sol dans toute la ville.

Immédiatement après cette salve, les sirènes d'alerte ont sonné pendant plusieurs minutes pour appeler les habitants à se réfugier dans les caves et abris. Le silence est ensuite retombé sur la ville, plongée dans l'obscurité la plus complète.

Cessez-le-feu

Sept personnes ont été tuées, a indiqué dimanche la diplomatie azerbaïdjanaise, accusant les forces arméniennes. "Nouvelle attaque de missile par les forces arméniennes sur une zone résidentielle à Gandja, la deuxième ville d'Azerbaïdjan, sept morts et 33 blessés", a indiqué le ministre des Affaires étrangères sur son compte Twitter, publiant les photos de destructions.

Le pouvoir azerbaïjanais a démenti cette accusation.

Ces bombardements interviennent en dépit du cessez-le-feu entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan entré théoriquement en vigueur à la mi-journée, et négocié sous les auspices de la Russie après deux semaines de combats intenses pour la région séparatiste du Nagorny Karabakh.

Situation plus calme ce dimanche

Le dirigeant arménien du territoire séparatiste du Nagorny Karabakh a estimé dimanche que la situation était "plus calme" que la veille sur le front opposant ses forces à celles de l'Azerbaïdjan, au deuxième jour d'une trêve fragile. "Hier nous l'avons tous constaté, il n'y avait pas de cessez-le-feu. Il semble que depuis ce matin, c'est plus calme, mais cela peut changer très vite", a déclaré Araïk Haroutiounian, au cours d'une conférence de presse à Stepanakert, la capitale des séparatistes.

"En ce moment, il n'y a pas de bombardements en cours. Quelques échanges de tirs et de mortiers sur la ligne de front. (...) Nous verrons combien de temps cela dure. Nous ne savons pas comment va se dérouler la journée", a-t-il mis en garde. "Tant que des tirs se poursuivent, il n'y aura pas d'échanges de prisonniers", a cependant souligné le président Haroutiouninan, pull kaki militaire sur pantalon de treillis.

Droit à l'auto-défense

La trêve humanitaire négociée à Moscou vendredi vise justement à l'organisation d'un échange de prisonniers et de corps de militaires tués. Il a aussi réaffirmé que tous les Arméniens exerceront leur "droit à l'auto-défense" en cas d'attaque azerbaïdjanaise, assurant respecter pour sa part le cessez-le-feu.

Le dirigeant séparatiste a aussi prévenu qu'en cas de poursuite du conflit il demanderait à l'Arménie de reconnaître l'indépendance de son territoire, ce qui ne manquerait pas d'envenimer le conflit avec l'Azerbaïdjan.

"L'Artsakh (nom arménien du Nagorny Karabakh, NDLR) ne fera jamais partie de l'Azerbaïdjan", a prévenu le chef des séparatistes, 47 ans, à la mâchoire carrée et aux fines lunettes, qui chaque jour s'affiche au côté de ses soldats sur la ligne de front. "L'Azerbaïdjan utilise des roquettes Smertch, Polonez, des drones, contre les populations civiles de l'Artsakh", a-t-il dénoncé.

Fustigeant la "coalition internationale terroriste" constituée selon lui par Bakou et la Turquie, il s'est félicité de "la mobilisation et de la solidarité" de l'Arménie et de la diaspora. Il a aussi remercié le président russe Vladimir Poutine pour "ses efforts en faveur du retour à la paix", Moscou ayant parrainé les négociations ayant abouti à un accord de trêve.

Conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan au Haut-Karabagh

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous