RTBFPasser au contenu
Rechercher

Hep Taxi

Hep Taxi : l’actrice et réalisatrice, Aïssa Maïga sur le front du réchauffement climatique avec son nouveau documentaire, « Marcher sur l’eau »

L'actrice-réalisatrice Aïssa Maïga dans Hep Taxi pour la sortie de son documentaire, "Marcher sur l'eau"

Engagée contre les discriminations raciales dans le cinéma français, Aïssa Maïga est l’auteure du livre manifeste, Noire n’est pas mon métier et du documentaire, Regard noir. Sa seconde et nouvelle réalisation, Marcher sur l’eau est l’occasion d’évoquer ses racines. Sa rencontre dans Hep Taxi.

Aïssa Maïga, cette beauté d’ébène qui illumine le petit écran comme le grand depuis 25 ans. Elle est l’une des seules actrices noires dont on connaisse le nom. L’une des seules qui ait accès à la notoriété dans ce cinéma européen normatif où la couleur de peau détermine les rôles. Mamas, prostituées, femmes de ménage ou encore sans papiers…Stéréotypés, vous en conviendrez.  " Trouver des rôles en tant que femme noire qui ne soient pas stigmatisants, ça continue d’être malgré tout un enjeu " affirme Aïssa Maïga. Aussi lorsque l’actrice se mue en réalisatrice, c’est pour aborder cette problématique dans son premier documentaire, Regard noir paru en 2021.

Aïssa Maïga, une actrice au franc-parler détonnant

Lors de la cérémonie des Césars 2020, Aïssa Maïga fait, à la surprise générale, un discours qui jette un froid. Avec humour et aplomb, elle appelle à compter le nombre de noirs présents dans l’assemblée et confronte la profession face à la quasi-invisibilité des acteurs, cinéastes et producteurs issus des territoires outre-mer, de l’immigration africaine et asiatique dans le cinéma français.

Le sentiment de rejet, de non-appartenance, la perpétuation des discriminations, l’attentisme de ce secteur face à ce problème de société, je le ressens ce décalage et là j’ai verbalisé. Parce que le souci quand ça s’exerce dans un milieu comme le cinéma, c’est qu’on produit de l’imaginaire. Et cet imaginaire-là, il infiltre, imprègne les esprits et ça a une conséquence sur nos vies, ensuite " explique Aïssa Maïga.

En 2018, elle publie Noire, n’est pas mon métier aux éditions Seuil. Ce livre manifeste compile à travers moult détails féroces, les déconvenues vécues par seize actrices noires et métisses. Son témoignage, comme ceux de ces dernières, est édifiant. Aïssa y relate comment elle fut gommée de l’affiche d’une comédie romantique alors qu’elle incarnait le rôle féminin principal aux côtés d'un acteur connu.

L’engagement d’Aïssa Maïga, un héritage familial

Aïssa Maïga est la fille de Mohamed Maïga, ce journaliste politique malien révolutionnaire, assassiné à l'âge de 33 ans, à Ouagadoudou dans des circonstances troubles. Ce proche du Président burkinabé, Thomas Sankara, croyait beaucoup en la capacité des peuples africains à se libérer nous confie-t-elle. Ajoutant : " c’est un héritage qui a son poids. Mais qui est fait aussi d’idéaux. Et ces idéaux-là, ils donnent beaucoup de sens au combat, à l’engagement. Ils donnent même un peu de sens à l’absence ".

Aïssa n’a que 8 ans lorsque son père décède. Quatre ans auparavant, elle est arrivée en France, laissant derrière elle, sa ville natale, Dakar et sa mère. Son oncle et sa tante se sont chargés de son éducation. Le théâtre découvert à l’adolescence balaie l’envie d’être, elle aussi, journaliste. " Je me suis dit : là, forcement, tu seras dans les pas de ton père absent. Tout ce côté un peu tragique, ça va être compliqué " confie-t-elle.

Trois ans, tous les week-ends, sur les planches parisiennes, avec la comédie musicale, La Nuit la plus longue (1992) mise en scène par sa prof de français, Daisie Faye, confirme son désir d’être comédienne. Bac en poche, la jeune Aïssa s’envole, à 19 ans, pour le Zimbabwe. Elle va y vivre sa première expérience cinématographique dans Le Royaume du passage d’Eric Cloué (1989).

Du cinéma d’auteur aux films populaires, Aïssa Maïga construit sa filmographie

Son chemin croisera celui d'Alain Tanner qui fera d’elle, l’héroïne de Jonas et Lila, à demain (1999). Michael Haneke la dirigera par deux fois dans Code inconnu (2000) et Caché (2005). Mais c’est, Les Poupées Russes (2004) de Cédric Klapish qui la révèle au grand public. " C’était une des premières fois qu’on voyait une actrice noire dans le rôle d’une jeune femme parisienne, dans un film populaire " précise notre invitée. Bamako d’Abderrahmane Sissako où Aïssa endosse le rôle principal de Melé, une chanteuse de bar désabusée, lui vaudra une nomination au César du meilleur espoir féminin en 2006. Depuis, sa filmographie approche les 40 films sans compter les téléfilms et les séries.

Marcher sur l’eau », son nouveau documentaire, écologiste et humaniste

L’actrice-réalisatrice vient de sortir son second opus, " Marcher sur l’eau ", actuellement dans les salles. A travers l'histoire du village de Tatiste, victime du réchauffement climatique, elle rejoint son premier combat. Eveiller les consciences sur le sort des minorités et du peuple africain. L’occasion également de revenir à ses origines. Son grand-père paternel, fonctionnaire à Gao s’étant heurté aux autorités locales, la famille Maïga a choisi le nomadisme dans les steppes du Niger. Là ou Aïssa a tourné son film. De ses racines au grand écran, la boucle est bouclée.

 

Retrouvez Aïssa Maïga dans Hep Taxi, ce dimanche 30 janvier à 20h40 sur La Trois et en replay sur RTBF Auvio !

Articles recommandés pour vous