RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Moyen-Orient

Heurts à Jérusalem : le parti arabe israélien Raam suspend son soutien au gouvernement

Mansour Abbas, chef du parti islamique conservateur israélien Raam le 2 septembre 2021.
17 avr. 2022 à 19:58Temps de lecture2 min
Par RTBF INFO avec AFP

Le parti arabe israélien Raam a "suspendu" dimanche soir sa participation à la coalition gouvernementale du Premier ministre Naftali Bennett en raison des violences à l'esplanade des Mosquées de Jérusalem.

Naftali Bennett a succédé en juin à Benjamin Netanyahu à la tête du gouvernement israélien en ralliant une coalition hétéroclite qui réunit des partis de gauche, de centre, de droite mais aussi Raam, première formation arabe de l'histoire d'Israël à soutenir un gouvernement. Le soutien de Raam avait permis à la coalition d'atteindre 61 députés, soit le seuil de la majorité à la Knesset, le Parlement israélien. 

Vers une démission collective ?

Raam et ses quatre députés ont annoncé dimanche dans un communiqué "suspendre" leur soutien à la coalition en raison des heurts entre policiers israéliens et manifestants palestiniens qui ont fait plus de 150 blessés palestiniens vendredi et une vingtaine dimanche à l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam.

L'esplanade des Mosquées est située dans la Vieille ville à Jérusalem-Est, secteur palestinien occupé depuis 1967 par Israël.

"Si le gouvernement poursuit ses mesures arbitraires" à l'esplanade des Mosquées, "nous soumettrons une démission collective", a prévenu Raam dans son communiqué.

Ce gel de la participation de Raam à la coalition n'a pas d'effet à court terme pour le gouvernement de M. Bennett car les travaux de la Knesset sont suspendus jusqu'au 5 mai.

Dans l'intervalle toutefois, le Premier ministre tente de calmer le jeu et de stabiliser sa coalition, ont indiqué à l'AFP des sources politiques à Jérusalem.

Début avril, le gouvernement a perdu sa majorité au Parlement avec le départ d'une députée de la droite radicale. Cette dernière avait évoqué la décision du gouvernement d'autoriser la distribution dans les hôpitaux du pain avec du levain, ou "hametz", pendant Pessah, la Pâque juive, ce qui est contraire à la tradition.

Il y a des députés de droite dans la coalition qui comprennent que ce gouvernement est arrivé au bout de son parcours

De son côté, le parti Likoud de l'ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé à nouveau dimanche les députés de droite à quitter la coalition pour former un "gouvernement de droite" réunissant aussi les partis juifs orthodoxes et de l'extrême-droite.

"Quand les juifs ne peuvent plus marcher en sécurité à Jérusalem pour Pessah (...) il y a des députés de droite dans la coalition qui comprennent que ce gouvernement est arrivé au bout de son parcours", a déclaré le Likoud alors que des autocars d'Israéliens ont été la cible de jets de pierre par des Palestiniens dimanche.

Sur le même sujet

Le Conseil de sécurité de l'ONU va se réunir mardi sur les tensions à Jérusalem

Monde Moyen-Orient

Articles recommandés pour vous