iXPé

Hogwarts Legacy : les maisons de Poudlard se dévoilent en vidéo

Hogwart Legacy, le futur jeu vidéo se déroulant dans l’univers d’Harry Potter, se dévoile un petit peu plus à travers quatre nouvelles vidéos.

© Warner Bros.

Les salles communes de Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard se révèlent dans quatre vidéos publiées jeudi soir par Avalanche Software, l’éditeur du jeu ! Si certaines s’étaient déjà montrées dans les films de la saga comme la salle de Gryffondor, toutes n’ont pas eu cette chance… Grâce à Hogwarts Legacy, découvrez également les salles de Serdaigle ou Poufsouffle !

Serez-vous Poufsouffle ou plutôt Serdaigle ?

Dans ces nouvelles séquences, le personnage flâne dans les différentes salles communes des quatre maisons iconiques de Poudlard : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard. Si très peu d’interactions nous sont montrées, à part l’ouverture des différentes portes secrètes, c’est tout de même un bel étalage graphique et technique qui nous laisse entrevoir l’ambiance générale du jeu ! Pas de dialogues, d’action ou de sortilèges mais des images "in-game" et ça, ça fait plaisir !

Trop souvent les studios ont montré des extraits retravaillés et des cinématiques lors de présentations de futurs jeux. Aujourd’hui, les fans savent que ces images ne sont pas forcément représentatives du produit final, allant parfois jusqu’à se méfier de la moindre cinématique dans un trailer qui annoncerait un "downgrade". En montrant ces images, Avalanche Software a fait le choix de dévoiler le rendu actuel du jeu et ce à quoi il devrait réellement ressembler à sa sortie.

Loading...

Boycotté à cause des propos de J.K. Rowling ?

Sur les réseaux sociaux, et notamment sur Twitter, les appels au boycott du jeu se multiplient à mesure que sa date de sortie approche. En 2020, J.K. Rowling avait partagé un article sur Twitter en évoquant "les personnes qui ont leurs règles" et l’avait commenté ironiquement : "Je suis sûre qu’on devait avoir un mot pour ces gens. Que quelqu’un m’aide. Feum ? Famme ? Feemm ?".

Elle s’est ainsi attiré les foudres de certains internautes, qui lui ont rappelé que les hommes transgenres pouvaient avoir leurs règles et que des femmes transgenres non. Depuis, l’autrice dit recevoir "tellement de menaces de mort qu’elle pourrait en tapisser sa maison" de la part d’internautes et de certains militants pour les droits transgenres, l’accusant de transphobie.

Loading...

Mme Rowling affirme dans ses tweets avoir été contactée par de nombreuses femmes ayant fait "l’objet de campagnes d’intimidation allant du harcèlement sur les réseaux sociaux au ciblage de leurs employeurs, en passant par la divulgation de données personnelles et les menaces directes de violence, y compris le viol".

Elle accuse notamment les trois militants ayant posté son adresse en ligne de l’avoir fait pour "l’intimider et l’empêcher de défendre les droits des femmes basés sur le sexe biologique".

Selon le Bureau national des statistiques, les Britanniques transgenres sont "deux fois plus susceptibles" d’être victimes d’un crime ou d’un délit que celles qui ne le sont pas. En 2019, deux personnes trans sur cinq avaient ainsi été victimes d’un incident ou crime de haine, selon l’institut YouGov.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous