RTBFPasser au contenu
Rechercher

Hommage à Luc Bondy avec Philippe Boesmans et Bernard Foccroulle

Hommage à Luc Bondy avec Philippe Boesmans et Bernard Foccroulle
07 déc. 2015 à 07:51 - mise à jour 07 déc. 2015 à 07:51Temps de lecture2 min
Par De Rijck Camille

Il y eut Patrice Chéreau et il y eut Luc Bondy. C’est Pierre et Jean de Maupassant, mais avec deux héritages, deux mannes célestes. Chéreau le bourreau de travail, le méditatif, le marathonien, qui portait en lui un projet comme une éléphante voit avec patience sa progéniture l’envahir au fil des ans. Et Bondy, l’instinctif bordelique, qui grattait les cheveux qu’il n’avait plus face à ses acteurs, leur demandait un jour de sourire, le lendemain de pleurer ; imaginant son travail comme une gigantesque tempête d’idées où l’ordre, finalement, n’est qu’une illusion volée sur le fil. Ils se jalousaient : leurs cachets, leurs scénographes, leurs éclairagistes, leurs théâtres. Ils s’enviaient ; Bondy écumait face au talent architectural de Chéreau, qui écumait lui-même face aux fulgurances spontanées de Bondy. Horowitz jaloux de la profondeur de Kempf qui lui aurait envié sa véhémence. Surtout Bondy et Chéreau s’admiraient, violemment, gémelliquement. Un proche raconte qu’à la fin de leurs vies – malades, pantelants – ils se retrouvaient pour échanger leurs opiacés " tiens, essaye ça, on m’en prescrit des kilos, c’est formidable pour se sentir plus léger ". Ils fermaient les yeux et se souriaient de cette connivence que seule forge la rivalité. Si Chéreau avait un appétit de moineau, Bondy était un ogre ; il voulut tout, s’égara sur la scène du Met, s’installa dans un Odéon qui n’ajouta rien à sa gloire. Pourtant, il suffira de penser à Marina Hands dans son Ivanov testamentaire, représenté il y a quelques jours encore, pour mesurer l’art transcendantal du chorégraphe des corps, qui enseigne l’immortalité d’un texte à chaque centimètre de peau, à chaque murmure, à chaque cri ; pour mesurer simplement le talent vertigineux de Luc Bondy, décédé avant hier à l’âge de 67 ans.

Wolfgang Amadeus MOZART - Cosi fan tutte - Per Pieta. Susan Chilcott, Orchestre de l'Opéra de Paris & Jeffrey Tate. Youtube.

Philippe BOESMANS - Reigen - Scène 6 (Le mari et la Grisette), fin. Randy Stene, Franz-Ferdinand Nentwig, Orchestre Symphonique de La Monnaie & Sylvain Cambreling. Ricercar.

Philippe BOESMANS - Wintermärchen - Fin de l'acte II. Dale Duesing, Cornelia Kallisch, Orchestre Symphonique de La Monnaie & Antonio Pappano. DG.

Philippe BOESMANS - Julie - Rêve de Julie (scène 4). Malena Ernman, Kerstin Avemo, Garry Magee, Orchestre de Chambre de La Monnaie & Kazushi Ono. Cypres.

Benjamin BRITTEN - The Turn of the Screw - It is a curious story. Anthony Rolfe Johnson, Orchestre Symphonique de La Monnaie & Antonio Pappano. Accord.

Giuseppe VERDI - Don Carlos - Qui me rendra ce mort. Ruggero Raimondi, Placido Domingo, Orchestre et choeur de La Scala & Claudio Abbado. DG.

Production et présentation : Camille DE RIJCK

Sur le même sujet

Le compositeur belge Philippe Boesmans est décédé

Journal du classique

Articles recommandés pour vous