Monde Asie

Hong Kong : restrictions de publicité levées pour le plus grand procès de sécurité

© Belgaimage

18 août 2022 à 08:37Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Estelle De Houck

Il est désormais possible de rapporter publiquement les audiences concernant la plus grande affaire liée à la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, a annoncé jeudi le juge en charge du procès.

Si de nombreuses audiences préliminaires dans ce dossier impliquant 47 militants pro-démocratie étaient ouvertes au public, les demandes de pouvoir les rapporter ouvertement étaient jusque-là rejetées par le juge Peter Law.

Ce dernier a cependant levé les restrictions, suivant une décision de la Cour suprême début août.

47 militants poursuivis

Lors des audiences préliminaires, qui peuvent désormais être rendues publiques, les accusés ont décrit les pressions exercées par les procureurs pour qu'ils plaident en faveur de ce qu'ils considèrent comme des accusations vagues.

Les 47 militants sont poursuivis pour "conspiration en vue d'une subversion" pour avoir organisé une primaire pro-démocrate.

Nous ne serons pas tenus sous la menace d'une arme pour décider de notre plaidoyer

Les avocats de la défense ont également fait valoir que les procureurs n'ont pas correctement détaillé la nature de la conspiration à laquelle leurs clients sont censés avoir pris part.

"L'accusation a été autorisée à tourner autour du pot, à changer et à ajouter (des charges)", a dénoncé Gladys Li, avocate chevronnée, lors de l'une des audiences. "Nous ne serons pas tenus sous la menace d'une arme pour décider de notre plaidoyer", a-t-elle ajouté.

Le parquet a nié avoir été vague dans les charges.

Les 47 accusés font partie des opposants les plus renommés, allant de réformistes modérés à des critiques plus radicaux de la Chine. Certains parmi eux, comme Joshua Wong ou Benny Tai, écopent déjà de peines de prison liées à des manifestations non autorisées.

La plupart des 47 ont choisi le procédé de plaider coupable, qui doit offrir des peines réduites. À ce jour, 18 accusés ont préféré un procès, où ils risquent la prison à vie.

La date du procès, qui se déroulera devant trois juges choisis par le gouvernement et non devant un juré populaire, n'est pas encore connue.

La loi sur la sécurité nationale

Pékin a imposé à Hong Kong une loi sur la sécurité nationale en 2020 et assure qu'elle a rétabli l'ordre après les grandes manifestations de 2019.

Les critiques estiment qu'elle a supprimé les libertés dont jouissait la ville et introduit des lois de type chinois dans un carrefour commercial jusque-là réputé pour son système juridique calqué sur la "common law" britannique.

Sur le même sujet

Hong Kong : cinq personnes emprisonnées pour avoir défendu les pro-démocratie dans des livres pour enfants

Monde Asie

Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong : le président du syndicat des journalistes arrêté

Monde Asie

Articles recommandés pour vous