RTBFPasser au contenu
Rechercher

On n'est pas des pigeons

Huit influenceurs piègent les 15-24 ans pour les sensibiliser aux dangers de la contrefaçon et de la piraterie

Dangers de la contrefaçon: piège tendu par le SPF Economie sur Instagram

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La campagne de sensibilisation a été menée par le SPF Economie, avec la complicité de huit influenceurs belges. Ceux-ci ont vanté pendant une semaine les mérites de produits à leurs followers sur un site créé pour l'occasion: hypebrand.be. Ce faux partenariat avec des influenceurs a été inventé pour une bonne raison. Ont participé à l'opération Oublie, c'est du fakeTimothy Mudiayi, Vinz Kanté, Daniela Prepeliuc, David Antoine, Zoé Galliaerdt, Jaël Ost, Dorien Reynaert et de Yara Desmet.

Man taking selfie with camera on the gimbal.
Man taking selfie with camera on the gimbal. Getty Images

De plus en plus de produits contrefaits se retrouvent sur Instagram qui décolle dans le domaine des achats en ligne.

Une tranche d'âge qui achète consciemment de la contrefaçon

Jeune fille pensive devant son écran.
Jeune fille pensive devant son écran. Getty Images

"L’achat conscient de produits contrefaits chez les 15-24 ans est en recrudescence et cela doit résonner comme un signal d’alarme ! ", souligne Pierre-Yves Dermagne, ministre de l’Economie.

Conscientiser aux risques et dangers des articles contrefaits

Les articles mis en avant par les influenceurs étaient des produits électroniques, des produits liés à la mode et à la beauté, des jouets. Point de vue sécurité, les produits électroniques de mauvaise qualité peuvent exploser. Les cosmétiques peuvent se révéler dangereux pour la santé. Les jouets piratés peuvent provoquer étranglement ou asphyxie.

Par ailleurs, ces produits sont la plupart du temps sans valeur, de mauvaise qualité, et vendus sans garantie. Il y a de fortes chances que vous ne les receviez jamais, et s'ils ont bien été envoyés, il y a de fortes chances qu'ils soient interceptés et détruits par la douane.

L'initiative visait aussi à rappeler que "la contrefaçon est souvent une source de financement d’activités criminelles telles que le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme, la traite d’êtres humains, etc."

Concurrence déloyale pour les marques

"Nous rêvons tous d'une offre qui semble trop belle pour être vraie. C'est humain. En revanche, le fait que des escrocs s'en servent avec empressement est absolument répréhensible." Eva De Bleeker - secrétaire d’État à la Protection des consommateurs. Et un conseil souvent entendu: "Et ne vous y trompez pas : ce qui semble trop beau pour être vrai l'est souvent."


Retrouvez "On n’est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Sur le même sujet

Pourquoi Booba déclare-t-il la guerre aux influenceurs ?

Le 8/9

Acheter des contrefaçons est mauvais pour la planète

Ecologie

Articles recommandés pour vous