Belgique

"Il faudrait pouvoir taxer les multinationales au niveau européen" estime Pierre-Frédéric Nyst, président d’UCM

© © Tous droits réservés

02 mai 2022 à 20:23Temps de lecture2 min
Par Hugues Angot

Baisser la fiscalité sur le travail, bloquer les prix de l’énergie, supprimer les accises, taxer les 1% les plus riches de la population, etc. Les partis politiques ont multiplié leurs priorités à l’occasion du 1er mai. QR l’actu analyse ces différentes propositions avec Marie-Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC et Pierre-Frédéric Nyst, président d’UCM.

Blocage des prix ?

Cette proposition de blocage des prix remporte une belle adhésion dans l’opinion publique mais le processus pour y parvenir ne serait pas simple explique Marie-Hélène Ska. La secrétaire générale de la CSC préconise plutôt que l’on revienne à des contrats fixes et négociés pour l’ensemble de la population. "Nous ne connaissons pas le véritable prix de l’énergie ou très mal. Nous avons de gros consommateurs qui négocient les prix à la baisse et puis vous avez les petits consommateurs qui n’ont pas les mêmes possibilités de négocier. Il faut établir une véritable transparence dans les prix".

Le président d’UCM n’est pas vraiment convaincu par cette proposition de blocage des prix: "Ce sera très compliqué et si ça doit se faire, il faut l’envisager au niveau européen".

Diminuer les charges sur le travail ?

Le MR souhaite diminuer les charges sur le travail mais la secrétaire générale de la CSC rappelle que ces charges permettent de financer toute une série des droits comme la couverture en cas de maladie, la pension... Pour Marie-Hélène Ska, il faut faire attention quand on aborde les discussions sur les diminutions de charge sur le travail: "Il faut une meilleure progressivité des charges sur le travail. L’idée pour nous, c’est de mieux connaître le revenu et le patrimoine de tout un chacun et de pouvoir faire moins contribuer les revenus du travail et de faire contribuer les autres revenus".

Taxer le 1% des plus riches ?

Pour la secrétaire générale de la CSC, il est essentiel de faire contribuer un peu plus ceux qui le peuvent. "Les ultra-riches doivent pouvoir contribuer proportionnellement comme le reste de la population. Ce sont eux qui utilisent des niches fiscales et nous avons clairement un problème avec cela en Belgique".

Pour le président d’UCM, il y a clairement un souci avec certaines grandes sociétés internationales. "Beaucoup d’indépendants ont créé leurs activités et ont engagé. Souvent ces activités ne sont pas délocalisables. Et pour les indépendants, qui voient de grandes sociétés payer des impôts dérisoires, c’est clairement un problème. Il faut pouvoir taxer ces multinationales au niveau européen sinon elles vont se délocaliser".

Frais kilométrique ?

"Plus aucun travailleur ne devrait payer pour aller travailler" clame Marie-Hélène Ska. La secrétaire générale de la CSC précise que près de 20% des travailleurs ne bénéficient d’aucun remboursement pour leurs trajets domicile-travail. Par ailleurs, le syndicat chrétien estime qu’il faut mieux rembourser les frais kilométriques et développer les alternatives à la voiture.

Pour le président d’UCM, il faut favoriser au mieux les alternatives à la voiture comme les transports en commun ou le covoiturage et pour ceux qui n’ont pas d’alternative, on peut réfléchir sur les frais de déplacements: "N’oublions pas tout de même que sur le principe, les déplacements domicile-travail en voiture, sont des kilomètres privés".

 

 

 

 

QR l'actu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Les multinationales représentent plus de 40% du PIB belge, un quart de l'emploi et trois quarts des exportations

Economie

Articles recommandés pour vous