Ilham Kadri, PDG du groupe Solvay : "On peut attirer la diversité, mais si on ne l’écoute pas, elle part, elle vous quitte"

20 mai 2021 à 07:34Temps de lecture3 min
Par RTBF

Ilham Kadri a créé la surprise en prenant la tête du groupe Solvay, ce grand nom dans la chimie, en 2018. Depuis, elle transforme le géant mondial : les entreprises multinationales ont aussi des comptes à rendre à la société, affirme-t-elle. Invitée dans la matinale de La Première ce jeudi, elle nous parle de sa vision de la diversité et de l’inclusivité au sein du monde des entreprises, et de l’implication qu’elles doivent avoir dans la transition énergétique et environnementale.

Quand Ilham Kadri parle de diversité, elle ne se limite pas au genre ou à la nationalité : "On parle aussi de diversité des ethnies, des religions, des pensées, des handicaps, visibles ou invisibles, des formations. Solvay est un groupe international, on se doit d’être représentatif de nos employés et de nos clients." Et d’insister sur l’inclusion de cette diversité : "On peut attirer la diversité, mais si on ne l’écoute pas, elle part, elle vous quitte."

Pour un tel poste à responsabilité, la question de la place de la femme revient souvent sur le devant de la scène. Ilham Kadri reconnaît qu’il y a encore du chemin à faire pour arriver à de l’égalité et de l’équité. "Chez Solvay, on a 23% de femmes employées, 34% chez les juniors et 20% dans le top 30. Et ce n’est pas parce que vous avez une femme dans le top que vous avez résolu le problème. Pour aider les femmes à arriver au top, il faut les aider dans les moments critiques de leur vie familiale, et quand on accueille un nouveau-né, quand on adopte un enfant, le co-parent doit être là." Ainsi, l’entreprise a mis en place un congé parental (maternité et paternité) de 16 semaines, dans toutes ses structures, partout dans le monde. Sans perdre de vue l’objectif final d’une société : "Un employé engagé est un employé productif."

Les initiatives d’aujourd’hui, qui vont façonner "le groupe Solvay de 2030" :"C’est plus qu’un problème d’homme ou femme : tous les patrons qui ne mettent l’équité, l’inclusion, l’empathie, la diversité, la solidarité dans le cœur de la stratégie de leur entreprise, elle va disparaître."

Environnement : "Oui, on fait partie du problème"

"Toutes les industries sont émettrices de CO2, donc oui nous faisons partie du problème" affirme-t-elle quand on lui demande de s’exprimer à propos de l’environnement. Et d’insister sur la vision globale du groupe à ce sujet : "avec Solvay One Planet, on n’est pas uniquement centré sur le CO2 et le climat, mais aussi sur les ressources naturelles et la qualité de vie." Et de rappeler que pour certaines problématiques, les solutions technologiques existent, ce sont les investissements dans les infrastructures qui permettent leur développement qui manquent.

Concernant le Green Deal, le pacte vert de l’Union européenne qui vise à ce que les émissions nettes de gaz à effet de serre soient nulles en 2050, "je le vois comme une opportunité, mais il serait un handicap si on le déploie d’une mauvaise manière, si la compétitivité n’est pas là."

Effort de crise : trouver un équilibre social juste

L'annonce a fait grand bruit, Joe Biden souhaite augmenter le taux d’imposition sur le bénéfice des sociétés aux États-Unis, et fait d'ailleurs pression pour une harmonisation de ces taxes partout dans le monde. Entre les lignes, il faut y voir un appel à un effort de crise aux multinationales. Elles y contribuent déjà, affirme la PDG de Solvay, tout en reconnaissant qu'il y encore de nouvelles politiques à mettre en place, en collaboration avec le monde de l'entreprise. "Il y a cette discussion sur la fuite des taxes, c'est clair qu'il faut légiférer, l'Europe et les États-Unis sont en train de discuter de cette problématique. Et il y a cette question de trouver le bon niveau de taxation pour continuer à promouvoir les investissements, et c'est là où il faut trouver un équilibre social juste, mais aussi un équilibre qui amène cette compétitivité et permet de continuer à investir."

Sur le même sujet

Pour Ilham Kadri, patronne de Solvay : quand le monde change, l’entreprise doit changer

Economie

Encore une rémunération record pour les PDG américains en 2021 : 14.7 millions de dollars en moyenne

Economie

Articles recommandés pour vous