Cyclisme Mondiaux

"Imbattable", "on a fait la course parfaite" : les Belges lucides après la victoire d'Alaphilippe aux Mondiaux de cyclisme

"Imbattable", "on a fait la course parfaite" : les Belges lucides après la victoire d'Alaphilippe aux Mondiaux de cyclisme

© Tous droits réservés

27 sept. 2020 à 15:25Temps de lecture1 min
Par Lancelot Meulewaeter et Jérôme Helguers

Les Belges se sont arrêtés au micro de la RTBF après la victoire de Julian Alaphilippe à Imola pour les Mondiaux de cyclisme. Tous sont déçus de la deuxième place de Wout Van Aert mais reconnaissent la supériorité de Julian Alaphilippe. Et un autre Belge jubile, naturellement.

Van Avermaet, l'équipier modèle

"Alaphilippe a fait une superbe attaque. Il était imbattable. On a fait une bonne course pour l’équipe. Quand il y a un autre coureur aussi fort, c’est dommage mais il était le meilleur. Tous les coéquipiers ont bien travaillé pour Wout. On a fait une bonne course ensemble."

Rik Verbrugghe, "comment aurait-on pu éliminer Alaphilippe ?"

"On n’a rien à se reprocher, c’est le plus fort qui gagne. Il a résisté très longtemps. L’équipe a suivi les consignes mais il était très fort. Comme au chrono, on est tombé sur un super Ganna, aujourd’hui c’était Alaphilippe.

Comment éliminer Alaphilippe ? Les Français ont durci la course au bon moment. Tout le monde savait qu’il y avait un objectif c’était Van Aert, cette deuxième place est difficile à digérer. C’était une très belle course. Chapeau à Julian."

Vliegen, néophyte au goût de trop peu

"C'était un beau travail collectif aujourd’hui, derrière un bon leader. On peut être déçu mais une deuxième place c’est beau aussi. Je pense qu’on peut être fier de Wout. Julian est l’un des coureurs les plus forts sur ce genre de côtes. C’était trop dur pour Wout. On n’a pas de regret à avoir, on a fait la course parfaite aujourd’hui. C’était une belle expérience. Pour ma part je suis déçu de ne pas avoir pu accompagner le premier groupe. J’ai été bloqué entre Roglic et le bas-côté et ça m’a ralenti."

Patrick Lefevere, fier et décontracté

Ayant assisté à la course depuis le VIP, Patrick Lefevere était un patron Deceuninck-Quick-Step heureux. "Heureux et fier. On savait que dans cette côte, il n’y en avait pas dix qui pourraient suivre Julian. Mais tenir ces dix secondes contre cinq ou six coureurs, il fallait le faire. L’homme du moment a coincé, c'était Van Aert. Chapeau."

Articles recommandés pour vous