RTBFPasser au contenu
Rechercher

Champions League - Foot

"Immense", "sublime", "récital" : Thibaut Courtois "héros indiscutable de la finale" de la Ligue des Champions

29 mai 2022 à 06:55Temps de lecture3 min
Par Martin Weynants

Thibaut Courtois a livré un match exceptionnel en finale de la Ligue des Champions. A l’image de toute sa saison européenne. "El Muro" a été infranchissable et a donné des maux de tête aux attaquants de Liverpool. Sa 14e Coupe aux Grandes Oreilles, le Real Madrid la doit en grande partie à son gardien.

Courtois n’est pas du genre à tourner sa langue 7 fois dans sa bouche avant de parler. S’il pense quelque chose, il le dit. Un côté "grande gueule" qui peut parfois revenir comme un boomerang mais qui fait de lui ce qu’il est. Balancer à quelques jours de l’apothéose parisienne : "je suis vraiment parmi les meilleurs gardiens du monde", il faut l’assumer. Le N.1 des Diables a les épaules. Mieux même, il a sans doute sorti l’une de ses prestations les plus abouties. Répondre présent à l’instant T, c’est aussi la marque des grands. Et Courtois en est un.

Huit années ont passé depuis sa première finale C1, perdue avec l’Atletico contre… le Real. Courtois ne voulait pas revivre le cauchemar de la Luz et cette tête de Sergio Ramos au bout des arrêts de jeu venue briser ses rêves de gamin. Il avait 22 ans à l’époque. La Pieuvre a donc tout fait pour ne pas revivre ce scénario. Mo Salah ou Sadio Mané peuvent en témoigner. Quand il est dans cet état de transe, Courtois est capable de tout. Et il a souvent le bon goût de le faire dans les grands rendez-vous. Au match du titre avec Genk, au 1/4 de finale contre le Brésil, on peut ajouter une autre masterclass. Sa nuit parisienne a été magique.

L’UEFA ne s’y est pas trompée et l’a désigné homme du match. La presse internationale a embrayé pour lui adresser des louages. Avec une note moyenne de 9/10, il a frisé la perfection. "Si le Real a plié sans jamais rompre, il le doit à son géant belge. […] Son chef-d’œuvre restera cette manchette devant un Salah lancé à pleine vitesse (82e)", écrit Eurosport qui qualifie sa prestation d'"immense".

"Le meilleur gardien de la planète, c’est lui. Sa prestation a touché au sublime avec neuf parades Sa détente et son arrêt main droite sur cette frappe puissante de Mané qu’il détourne sur son poteau est un pur chef-d’œuvre (21e). Déjà attentif sur une reprise puis une frappe de Salah auparavant (16e, 18e), il se détend parfaitement sur une frappe enroulée de l’Égyptien (64e). Il ferme parfaitement son angle sur une reprise de près du même " Mo " (82e). Dans le domaine aérien, il a régné en maître", peut-on lire sur le site de L’Equipe.

Pour Sky Sport, il a "autant gagné le match que Vinicius (l’unique buteur, ndlr)" qui énumère aussi la litanie des prouesses d’un "Belge brillant et au top de sa forme".

Marca a joué sur la sonorité du nom de notre compatriote. Le Real a gagné sa 14e C1, la decimocuarta en Espagnol. Mais c’est bien Decimocurtuá qui barre la Une du quotidien madrilène. "C’est top" a réagi le Diable rouge quand il a découvert "en primeur" le jeu de mots dans les sous-sols du Stade de France. "Courtois, avec 9 parades est le héros indiscutable de la finale".

Loading...

"La Champions de Courtois", appuie encore Sport en Une qui évoque aussi un "récital du Belge entre les bois". "L’exposition Courtois à Paris", décrit As. "La Ligue des champions a qualifié ses interventions comme la meilleure prestation d’un gardien de but en finale de la C1".

Un avis que partage, Iker Casillas, légende du Real. "Je ne me souviens pas d'un gardien aussi décisif en finale de Champions League".

Loading...

Déjà exceptionnel tout au long de la saison, Courtois a sans doute fait taire ses derniers détracteurs. Il en a profité pour régler ses comptes, à la Courtois. "J’avais besoin de gagner une finale pour ma carrière, pour tous les efforts que j’ai faits, pour que mon nom soit respecté, car je ne pense pas être assez respecté, surtout en Angleterre."

Comme beaucoup de champions, Courtois marche à l’orgueil. On ne le changera pas.

Sur le même sujet

La saison dingue de Thibaut Courtois en 10 chiffres

Diables Rouges

Articles recommandés pour vous