RTBFPasser au contenu
Rechercher

L'info culturelle

« In Movement » Regards croisés sur la danse contemporaine à Bruxelles

Créé par les Brigittines en 2012, le Festival " In Movement " nous invite à découvrir les artistes qui résident et qui travaillent à Bruxelles. Parmi eux, le chorégraphe belge Julien Carlier et la chorégraphe argentine Ayelen Parolin, deux artistes, deux univers singuliers. "In Movement" du 10 au 26 mars aux Brigittines à Bruxelles.

"Golem" de Julien Carlier

"Golem", un dialogue entre la danse et la sculpture
"Golem", un dialogue entre la danse et la sculpture @ Stanislav Dobak

Dans la tradition juive, Le Golem désigne un monstre d’argile, une masse imposante et muette, façonnée pour protéger son créateur. A l’affiche des Brigittines à partir de ce jeudi 10 mars, le spectacle de Julien Carlier interroge la figure du double et retrace l’histoire d’une rencontre entre un sculpteur et un danseur.

Sur le plateau, Julien Carlier est accompagné par Mike Sprogis qui façonne un bloc d’argile. Les visages apparaissent et disparaissent de la matière, tandis qu’aux côtés du sculpteur, la danse entre en écho. Julien Carlier décompose le geste et fait resurgir un vocabulaire hybride, à mi chemin entre le breakdance et la danse contemporaine. Ces deux artistes, ces deux disciplines artistiques entrent en dialogues avec pour point commun, le plaisir de la création.

" En danse, on travaille les formes, on sculpte aussi nos corps. Et puis il y a le travail des mains qui m’intéressait beaucoup. Les mains de Mike sont marquées par sa pratique. Parce qu’une discipline forge le corps ! Le spectacle parle de ça, de la manière dont ça nous forme. "

Julien Carlier au micro de François Caudron.

Entretien avec Julien Carlier

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

« Simple » d’Ayelen Parolin

« Simple », en dehors de toute référence ou convention
« Simple », en dehors de toute référence ou convention @François Declercq

Le spectacle d’Ayelen Parolin apparaît comme un ovni dans l’univers de la danse contemporaine. A travers ce nouvel opus, la chorégraphe argentine propose un spectacle dépouillé de toute référence au répertoire de la danse. " Simple " est une proposition d’inspiration dada qui s’inscrit dans le rejet de toute convention.

Sur le plateau trois danseurs évoluent avec beaucoup d’autodérision dans des mouvements improbables au cœur d’une chorégraphie réglée au cordeau. La beauté du spectacle (et son humour) tient dans le contraste entre la naïveté des mouvements et la précision de la mise en scène.

" Je ne sais pas si on a réussi à faire quelque chose de simple. Je voulais me pencher sur quelque chose d’enfantin. Sortir d’une parole experte pour me reconnecter avec une innocence, une authenticité. "

Ayelen Parolin au micro de François Caudron

Entretien avec Ayelen Parolin

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Loading...

Articles recommandés pour vous