RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Incendie dans une maison de repos d’Aarschot : un mort et 11 blessés, la piste criminelle envisagée

23 juil. 2022 à 15:38Temps de lecture2 min
Par Anthony Roberfroid, Fabien Van Eeckhaut avec Agences

Il était 22h45 ce vendredi 22 juillet lorsque le feu a pris au deuxième étage de la maison de repos et de soins Sint-Rochus d’Aarschot dans le Brabant flamand. Les 162 résidents ont dû être évacués. Le feu, volontairement allumé selon les premières constatations, n’a été réellement sous contrôle que vers 01h00 du matin, la police, les pompiers ayant reçu au final l’aide de la Croix-Rouge et même de la Défense. Le plan d’urgence communal avait été déclenché d’où l’afflux massif de secours sur place.

Le bilan est lourd : 11 blessés parmi les résidents, mais aussi infirmiers et pompiers intoxiqués par les fumées et hospitalisés – dont une personne dans un état critique – et surtout un résident de 88 ans, qui séjournait pas loin du foyer principal, décédé dans l’incendie. Un bilan confirmé ce samedi matin par la bourgmestre de la commune (Open Vld) Gwendolyn Rutten, ancienne présidente des libéraux flamands, lors d’une conférence de presse.

"C’est un cauchemar", a déclaré la bourgmestre, rentrée prématurément de ses vacances en France. "Après la pandémie de coronavirus, qui a très durement touché ce centre, cela fait terriblement mal. Nous sommes de tout cœur avec les résidents concernés, leurs familles et leurs amis."

Tous les autres résidents évacués

L’opération dans la nuit a pris énormément de temps car bon nombre des résidents, déjà endormis et en vêtements de nuit, sont en fauteuil roulant ou ont du mal à se déplacer. Ils ont été, dans un premier temps, transférés vers la salle des fêtes de la ville, avant d’être pris en charge par des proches ou divers hôpitaux des alentours, notamment ceux de Louvain, Anvers et Hasselt. Les résidents seront accueillis autant que possible avec des groupes de personnes qu’ils côtoient et avec des membres du personnel qu’ils connaissent. "De cette façon, les résidents reconnaissent les visages qui les entourent", explique Winne Haenen, inspecteur d’hygiène fédéral. "Voir des visages familiers, c’est très important." La bourgmestre, face au manque de structures d’accueil disposant de suffisamment de personnel, a décidé de lancer un appel à l’armée. "Nous trouverions fantastique que la Défense puisse nous aider une fois de plus. Le personnel infirmier de la Défense a fait des miracles pendant la période de l’épidémie de corona. On compte en fait sur un petit miracle de plus de leur part".

Le bâtiment de la maison de repos, situé en plein centre-ville, avec 163 chambres, a été rendu inutilisable par l’incendie et les dégâts des eaux provoqués par l’intervention des pompiers. Des contrôles au niveau du gaz et de l’électricité doivent également être réalisés, ce qui peut prendre plusieurs jours. On ne sait pas encore quand les résidents pourront réintégrer le centre.

Le parquet de Louvain a décidé aussitôt d’ouvrir une enquête approfondie, le laboratoire de la police fédérale s’est rendu sur place une bonne partie de la journée pour mener des investigations complémentaires. L''origine de l’incendie n’est pas encore claire, mais selon le parquet le feu aurait donc bien été allumé intentionnellement.

Sur le même sujet

Une maison détruite par les flammes à Ciney

Regions

Plus de 200 hectares ravagés par les flammes en Ardèche, dans le sud de la France

Monde

Articles recommandés pour vous