Monde

Incendie du camp de migrants à Lesbos : timide mobilisation européenne pour accueillir 400 mineurs

Une famille de migrants dort sur le sol d’une station-service à Lesbos, après l’incendie du camp de Moria.

© AFP/LOUISA GOULIAMAKI

11 sept. 2020 à 09:18Temps de lecture1 min
Par Daniel Fontaine

Dix pays de l’Union européenne se sont engagés à accueillir quelque 400 migrants mineurs évacués de l’île de Lebos. Le gigantesque incendie qui a ravagé le camp de Moria mardi soir laisse 12.700 personnes sans abri, dont 4.000 enfants.

L’Union européenne s’est mobilisée pour prendre en charge 400 mineurs non-accompagnés délogés par l’incendie. Ils ont déjà été transférés de l’île vers la Grèce continentale. L’Allemagne et la France prendraient en charge chacun 100 à 150 de ces enfants. Le ministre allemand de l’Intérieur annonce que huit autres pays ont répondu positivement à l’appel européen pour leur permettre de quitter la Grèce.

La Belgique n’a pas reçu de demande

Le cabinet de la ministre belge de l’Asile et la Migration Maggie De Block dit ne pas avoir reçu de demande européenne. "La Belgique fait déjà plus que la plupart des États membres, plus que la France et l’Allemagne même, si l’on compare au nombre d’habitants ou au PIB par habitant", commente le cabinet à l’agence Belga, tout en se disant prêt à examiner la requête si elle arrive.

La Belgique enverra en revanche une équipe médicale sur place, dans le cadre du mécanisme B-Fast. Un avion de transport C-130 doit décoller samedi, avec à son bord 13 médecins et infirmiers spécialisés, ainsi que des couvertures et des sacs de couchage. L’équipe effectuera en particulier des tests de dépistage de contamination au Covid-19. Les incendies se sont déclarés au lendemain de la détection de 35 cas de Covid-19. Le camp avait été placé en isolement.

Loading...

Des milliers de migrants ont passé leur troisième nuit à la belle étoile, souvent sans couverture ni protection. Certains habitants de l’île s’opposent au projet du gouvernement grec de créer un nouveau camp fermé à Lebos. Des barrages ont été dressés pour bloquer les travaux d’installation de nouvelles tentes.

D'importantes forces de police ont débarqué sur l'île vendredi matin, par crainte des protestations anti-migrants des insulaires. Deux fourgonnettes de la police ont bloqué la route près du port de Mytilène, pour empêcher les demandeurs d'asile d'y accéder. Tout au long de la route reliant Moria au port de Mytilène, des familles de réfugiés désespérées campaient sur les trottoirs.

L’initiative européenne de relocaliser les 400 mineurs non-accompagnés laisse l’immense majorité des 12.700 migrants concernés sans solution. La Commission a financé des navires qui pourront héberger les plus vulnérables. Mais le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotaki demande à ses partenaires européens d’être beaucoup plus concrets, et de " passer des paroles de solidarité à une politique d’actes de solidarité ".

Images de l'incendie dans notre journal télévisé du mercredi 9 septembre

Le camp de migrants de Moria à Lesbos partiellement évacué suite à un important incendie

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous