RTBFPasser au contenu
Rechercher

Incidents dans les Marolles : les deux mineurs interpellés maintenus en famille

Incidents dans les Marolles : les deux mineurs interpellés maintenus en famille
09 sept. 2020 à 16:18Temps de lecture1 min
Par Belga

Le juge de la jeunesse a décidé du maintien en famille des deux mineurs arrêtés pour le caillassage des voitures de police de vendredi soir dans le quartier des Marolles, avec surveillance du Service de la Protection de la Jeunesse et sous conditions, a indiqué le parquet de Bruxelles. Les services de police ont découvert ce mercredi des pierres et des projectiles à proximité de la place de la Querelle. Divers devoirs d’enquête ont été requis, notamment des analyses d’empreintes et d’images de caméras de surveillance.

Les deux mineurs avaient été mis à disposition du parquet de Bruxelles le 5 septembre pour des incidents survenus dans la nuit de vendredi à samedi. Un juge de la jeunesse a été saisi pour des faits de rébellion armée et de port d’arme prohibée. Les deux jeunes sont inconnus de la justice. Ils ne nient pas avoir été présents sur les lieux mais contestent être les auteurs des jets de projectiles. Plusieurs incendies, dégradations et fait de rébellion armée envers des forces de l’ordre et des pompiers ont eu lieu durant les nuits de vendredi à mardi.

Le laboratoire de la police fédérale a été mobilisé sur les lieux."On a toute une série de devoirs d’enquête qui sont en cours : des analyses de caméras, des prises d’empreintes sur des objets qui auraient pu être manipulés par les fauteurs de troubles…", détaille Denis Goeman, le porte-parole du parquet de Bruxelles. "De nombreux moyens d’enquête sont mis en œuvre afin d’identifier les suspects. La loi pénale réprime plus sévèrement les auteurs de tels actes lorsqu’ils s’en prennent à des policiers et des pompiers. Les moyens sont importants, mais comparables à ceux déployés pour les incidents en marge de la manifestation Black Lives Matter. Il y a encore des comparutions en août et septembre et un jugement est attendu le 18 septembre pour un individu qui a jeté des pavés sur des policiers. Il y a toujours des réponses, mais il nous faut le temps de pouvoir interpeller les suspects, car il faut à chaque fois des éléments pour pouvoir imputer un fait infractionnel à une personne. On ne peut pas prendre tout le monde dans un même sac parce qu’ils étaient présents sur les lieux. C’est un travail de bénédictins mené par les policiers."

Articles recommandés pour vous